Toitures à la Philibert

 

En Lozère et Aveyron, le profil des toitures de certaines bâtisses ne manque pas d’attirer le regard. On ne peut s’empêcher de songer à une carène de bateau inversée.

Toitures Philibert (3)

 

Pourtant, la tradition maritime de ces départements est loin d’être évidente !
Traditionnellement ces charpentes sont qualifiées de charpente à la Philibert Delorme.
On doit à cet architecte (1510-1570) de nombreuses réalisations dont le château d’Anet.
Sa  participation éventuelle au bâti rural qui nous intéresse concerne une invention qui permet de réaliser des charpentes à moindre coup. En effet, celles-ci comportent une succession d’arbalétriers formés par des planches courtes et cintrées assemblées par des chevilles et dont les joints sont alternés. Ces arbalétriers supportent les voliges où sont accrochées ou clouées les ardoises.Toitures Philibert (2)
Les arbalétriers sont reliés entre eux par des liernes fixées par des clefs.gallicaDocuments Gallica.
Il devient beaucoup plus facile de remplacer un élément défectueux et il n’est nul besoin d’employer du bois « noble » ce qui répond à la pénurie de bois de charpente dont souffrait l’époque. Outre la diminution des frais, ces structures offrent le gros avantage de libérer l’espace utilisable des combles.
Il ne reste plus de charpente conçue par Delorme mais sa méthode a rencontré un grand succès et on peut considérer que Delorme est en quelque sorte l’inventeur du lamellé collé.
Pour autant, est-il à l’origine de nos toitures rencontrées sur les berges du Lot ? Rien ne le prouve.
Ces édifices ont bien une similitude avec les charpentes « Philibert » mais sont dépourvues des liernes qui relient les arbalétriers cintrés. La plupart des constructions recensées datent de la fin du XVIIIe début XIXe et sont assez concentrées géographiquement ce qui peut amener à penser qu’il s’agit là plutôt de l’influence d’un compagnon charpentier qui a fait école. La plupart des photos qui suivent ont été prises dans les environs de Saint Côme. Il est à noter que souvent ces charpentes sont en peuplier, bois qui peut se cintrer facilement et qui pousse près des rivières.

 

Alors, Philibert, pas Philibert, carène de bateau ? Qu’importe, naviguons sur  les vagues des monts  aveyronnais à la recherche de quelques toitures aux rondeurs esthétiques parées de lauzes en écailles de poisson.

IMG_0483_Delorme copie

Toitures Philibert (7)
IMG_0519xxxx

IMG_0634verlac

Toitures Philibert (9)

 

Coiffant de simples granges, ces charpentes permettent également des toitures plus complexes.

IMG_0560_Delorme

IMG_0557_Delorme

Le grand volume que déployait cette grange a été réaménagé de façon contemporaine.

IMG_0559_Delorme

 

A Saint Come, la petite chapelle des pénitents possède aussi une toiture dite à la Philibert.

Sans titre9

 

Pour notre plaisir, la charpente est visible de l’intérieur.

Toitures Philibert (1)
Toitures Philibert (4)
IMG_0394

 

Détail des arbalétriers formés de trois rangées de planches chevillées entre elles et dont les bouts sont jointés en alternance.

Toitures Philibert (5)

 

Avant de quitter les lieux, afin d’éviter le torticolis, tournez aussi votre regard vers le sol, celui-ci comporte de belles dalles funéraires.

Toitures Philibert (6)

 

La technique décrite par Philibert Delorme. .hand-cursor .

 

 

8 réflexions au sujet de « Toitures à la Philibert »

  1. economie de bois mais gros travail de perçage pour le passage des liernes et des clefs
    pas surprenant que les artisans aient supprimé cette operation
    Continue mon gars

  2. Passionné d’architecture, je ne connaissais pas ce style de toiture. Merci à toi pour la découverte et pour tes articles toujours passionnants. Continue !

  3. les charpentiers de marine souvent cités dans les construction de voûtes en berceau des églises
    n’ont-ils rien à voir le dedans ?
    c’est peut-être une grosse bêtise ? on ne peut pas toujours être intelligent !
    bise à toi gadjo et merci pour tes découvertes que tu sais nous faire partager
    ( j’aurai pu passer devant ces superbes maisons sans les remarquer ! )

    • Merci de ton passage. Au bord de la mer, je pense que tu as raison, mais dans l’Aveyron les charpentiers de marine devaient être très rares vu les débouchés possibles. Bon , je pense qu’il n’y a pas non plus 36 façons de faire des charpentes surtout si on veut conserver l’espace des combles pour divers fonctions. Je pense que dans la région, on parle un peu vite de charpente « à la Philibert », mais, peut être dis-je une groose bétise ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *