Carrière de Picardie Tome 2

 

Une fois l’effet de surprise passé, l’immensité de ces carrières pourraient rendre la visite un peu monotone. Nos lampes n’offrent qu’une vision partielle de l’environnement mais, aux hasards de notre parcours, nos petites bulles de lumière nous permettent de découvrir des traces d’activités qui s’y sont déroulées au cours des différentes occupations.

 

 Au début du 19eme, le hasard fit que l’on découvrit que le milieu souterrain était propice au développement de l’agaric. Tout naturellement, les anciennes carrières souterraines furent ainsi réutilisées comme champignonnières. Les premières exploitations sont implantées dans les catacombes de Paris et de sa périphérie. Ainsi naissait l’appellation de champignon de Paris pour l’agaric.Tout est fort bien expliqué ici.

champignonniere1
Dans notre carrière, des milliers de sacs, succédant à la traditionnelle culture en meules,  recouvrent le sol des galeries. Ce type de culture s’est développé à partir de 1970.

champi02 copie

 

On peut croiser d’autres vestiges de cette activité:
Un râtelier à fourches.

champi23 copie
Des restes de paniers en bouleau au pied d’un tableau électrique.

champi24 copie
Une broyeuse de calcaire pour le gobetage:

champi15 copie
La même chose mais mobile.
champi16 copie

 

Quelques piliers ont servi de support dees dessins dûs aux différents occupants qui investirent les lieux au fil du temps. Carriers, soldats, champignonnistes. difficile d’en deviner les auteurs, mais on peut noter l’usage fréquent de la pipe.

champi25
champi26
champi29

 

Il est fréquent de trouver d’autres petits tableaux, utilitaires cette fois, creusés dans la pierre. Certains ont conservé quelques inscriptions.

champi27

 

Dans les parties anciennes, on peut découvrir des encoches où étaient fichées des supports de lampes à huiles comme en témoignent les traces de fumée. Il est difficile d’imaginer la pénombre pour ne pas dire l’obscurité qui devait régner dans ces chantiers.

IMG_4395Aisnesx - Copie

 

Ah bah maintenant, elle va marcher beaucoup moins bien forcément !

IMG_4437Aisnesx - Copie

 

Dans ce secteur, la visite prend une autre dimension. Une autre histoire nous est contée et c’est dans une ambiance moins légère que nous arpentons les lieux.

Ces carrières (ou creutes) ont été utilisées pendant la Grande Guerre par les différentes armées. Voici un impressionnant bas-relief sculpté par un soldat du Feld Artillerie Regiment n° 19.

champi03
Nostalgie de la vallée du Rhin ?

champi04
Un ami fureteur a retrouvé cette fantastique photo de soldats posant au même endroit.

Capture

 

A partir de cet endroit, une galerie étroite menait à des postes d’observation pour l’artillerie. (Le puits Strelitz.) Le sol porte encore les empreintes d’une petite voie ferrée.

champi05
champi07
Un fil de fer, chargé de supporter l’éclairage, court le long de la galerie.

champi08
Un éboulement rend la suite impraticable ! Au premier plan, un piquet de barbelé, dernière sentinelle, nous évoque l’intensité des combats qui se déroulèrent pour la possession de ces cavités. Non sans émotions, nous rebroussons chemin.

champi11
Pas de doute, l’endroit a été fréquenté par des artilleurs !

champi18

 

Nous verrons dans un prochain article de nombreux exemples de traces laissées par les « Poilus ».

 

Carrière de Picardie

 

Silence ! On tourne! Ce n’est pas du cinéma mais bien la réalité!
Silence car, dans ces carrières, aucun son ne fait vibrer nos tympans. Certes, le monde souterrain est souvent calme, mais il est rare de ne point y percevoir une musique en provenance d’un petit écoulement d’eau. Ici, rien, pas de réverbération ni d’écho malgré la taille des vides. Le bruit des pas est étouffé par l’épaisse couche poudreuse qui recouvre le sol. Et on tourne, on contourne, on retourne, chaque pilier cache un nouvel enchaînement de galeries interminables.
Cette cavité est un vrai labyrinthe où l’on a vite fait de perdre le fil de l’orientation si l’on y prend garde.

carrière souterraine (11)

 

La pierre exploitée est un  calcaire luthérien vieux d’environ 40 millions d’années. Une de ses strates possède la particularité de contenir de nombreuses empreintes de cérithes (Campanile giganteum) dont certaines dépassent les quarante cm. Cette strate étant de piètre qualité, l’extraction des pierres de taille s’arrête à ce niveau ce qui nous laisse un ciel (plafond) décoré d’empreintes de coquillages.

cerithe

 

Voici une chambre d’exploitation caractéristique avec son front de taille latéral en dents de scie.

champi28

 

L’exploitation de cette pierre à bâtir est très ancienne et a, semble-t-il, connu une forte intensification au cours du XIXème.
Les blocs extraits avaient une taille respectable : (en gros) 1.60m.X 0.80m.X 0.80m et la technique d’extraction employée est semblable à celle utilisée dans les carrières de craie, bien que la taille des blocs extraits demande des méthodes adaptées.
D’après les fameux carriers Grosso et Modo, le défruitage du bloc commençait par une entaille horizontale dans laquelle on insérait des cales. Ensuite , du bas vers le haut, étaient pratiquées les saignées verticales (essimures) et pour finir, une autre saignée horizontale en haut finissait de délimiter le bloc à extraire. A ce moment, celui-ci n’est plus solidaire de la masse que par le fond. Des rouleaux (roules) de diamètres dégressifs sont placés dans l’entaille du bas. Des coins sont enfoncés dans l’entaille supérieure pour forcer le bloc à se détacher de la masse. Il n’y a plus qu’à tirer et, en partie soutenu par une béquille, le bloc bascule sur un lit de remblai fin (cran) destiné à amortir sa chute.

carrière souterraine (4)

 

Jusqu’à la fin du XIXème, les saignées étaient pratiquées au pic et à la barre à mine (aiguille). A cette époque, l’usage de la lance se répandit, permettant des découpes de blocs plus importants. C’est une grande barre à mine pouvant atteindre les 5 mètres de long. Elle est suspendue à un portique à l’aide d’une chaîne qui permet un mouvement oscillant.

>carrière souterraine (3)

 

Voici quelques stigmates laissés par différents outils :le pic avec ses traces obliques et légèrement incurvées:

carrière souterraine (50)
Lances ou aiguilles, quant à elles, laissent des traces horizontales et globalement parallèles.

carrière souterraine (49)

 

Sur certains blocs laissés sur place, les faces présentent de belles stries laissées vraisemblablement par une scie crocodile ?

carrière souterraine (21)

 

L’usage du pic a perduré jusqu’au XXème suivant les carrières. S’il a été remplacé par la lance, les deux techniques ont pu cohabiter. De toute façon, sans être spécialiste, c’est difficile d’interpréter les fronts de taille car, manifestement ils ont été repris à différentes époques, soit en sur-creusement ou sous-creusement, voir en rognant des piliers .
On peut voir ici que le niveau bas a été exploité au pic alors que le niveau supérieur porte les stries horizontales laissées par les aiguilles (ou lances?). Il est probable que les encoches (flèches rouges) étaient destinées à recevoir le montant horizontal du portique supportant la barre à mine. On notera également les traces de lampes à acétylène au plafond. Celles-ci indiquent une reprise d’exploitation à partir du début du XXème.

carrière souterraine (1)
Sur cette galerie , on peut voir que l’exploitation au-dessus du trait vert a été reprise à la lance en surcreusement. (Stigmates réguliers et parallèles.) Sur le ciel, on peut également constater 2 modes d’extraction. A gauche, les blocs ont été forcés au coin, tandis qu’à droite, le ciel porte les traces de découpe à la lance.

cerithe18

 

Ces blocs de faible épaisseur laissés de côté nous interloquent. Ils présentent une face inégale manifestement due à l’extraction du ciel de la carrière à l’aide de coins. La manutention de la lance nécessitant un certain dégagement, il est possible que ces blocs pourraient donc avoir été « sacrifiés »afin d’obtenir une belle taille à la lance pour les blocs extraits en dessous. Ce n’est que supposition très hasardeuse de ma part.

carrière souterraine (25)

 

Bref, plutôt que de raconter billevesée et coquecigrues, contentons nous de visiter ces lieux on ne peut plus dépaysants.
Après la fin de l’exploitation, les champignonnistes ont occupé l’espace et débarrassèrent les travées des rebuts de taille. Les piliers tournés forment les colonnes d’un temple insolite digne de Dédale. Il est amusant de constater que de nombreuses pierres extraites ont servi à l’édification de monuments prestigieux et que les vides occasionnés ont fini par engendrer des volumes tout autant spectaculaires et majestueux !

carrière souterraine (29)

 

Le plafond porte les traces des contours des blocs.

carrière souterraine (9)

 

Ça et là, des blocs attendent, attendent, attendent…

carrière souterraine (24)carrière souterraine (20)

 

C’est bien beau tout ça, mais on a passé l’age de jouer au Minotaure ! C’est où la sortie, par ici ?

carrière souterraine (31)Ou par là ?

carrière souterraine (33)Silence ! On tourne!

carrière souterraine (30)
A suivre…

Tour aéroréfrigérante

 

Direction le plateau où se situait le complexe sidérurgique de la Société Métallurgique de Normandie à Mondeville en espérant trouver quelques traces de cette activité.
Le site était impressionnant.


Une fois sur place, le tour d’horizon est rapide puisqu’il ne reste plus rien! Tout a été démantelé et en partie vendu aux Chinois.

 

Tout, j’exagère, il reste, incongrue dans le paysage, une imposante tour de refroidissement. Elle a été conservée en souvenir de l’activité nous dit-on. Le coût de destruction ne doit pas être étranger à cette sauvegarde.(Dixit mauvaise langue).

 

Ce type de tour, a pour fonction de refroidir l’eau qui alimente les circuits de refroidissement des aciers issus des laminoirs. Les besoins en eau sont trop importants pour être puisés dans un cours d’eau et le rejet d’eau chaude dans celui-ci aurait des conséquences néfastes sur le système écologique. C’est pourquoi on utilise un circuit fermé.
Ces tours font partie également du paysage des centrales électriques. Pour faire très court, dans une centrale atomique le cycle comprend trois circuits d’eau indépendants. Le premier est chauffé par la fission de l’uranium. Cette eau sous pression chauffe le deuxième circuit d’eau qui se transforme en vapeur. Cette vapeur fait tourner une turbine qui à son tour fait tourner un alternateur qui produit de l’électricité. Le troisième circuit d’eau est chargé de condenser la vapeur afin d’assurer la continuité du cycle. Pour refroidir l’eau de ce circuit, on utilise une tour réfrigérante .

C’est mieux expliqué hand-cursor
Revenons donc à notre tour et à son fonctionnement.Le principe est de faire tomber l’eau chaude en fines gouttelettes pour favoriser l’échange thermique. La base de l’édifice est ajourée pour permettre à l’air froid d’être aspiré vers le haut et capturer les calories de l’eau. Le gros panache blanc qui s’en échappe est de la vapeur d’eau complètement inoffensive.

 

Assez de théorie, passons à la pratique.
Dès que l’on, pénètre sous l’édifice, l’environnement est désarçonnant avec ses trois rangées de piliers formant un péristyle circulaire. Je sens rapidement que je vais pouvoir me rattraper de ma frustration photographique éprouvée jusqu’à maintenant.

 

En ce faufilant entre ces poteaux peints, on parvient au centre, dans l’espace dégagé où s’élève l’énorme conduite dans laquelle circule l’eau chaude vers le sommet de la structure. Comme bien souvent hélas, l’endroit n’est pas épargné par les amateurs de Beaux-Arts bien rodés aux bombes aérosols.


Par contre, la vue en contre plongée dégage une ambiance assez surréaliste avec cette plate forme suspendue en étoile.

 

Avec un peu de chance, j’ai pu accéder à cette plate forme et là, je dois dire que le coup d’œil est pour le moins dépaysant.

 

Au centre on trouve l’orifice Infundibuliforme de la pipe de distribution d’eau chaude. Nous allons voir que le volume du débit doit être savamment calculé afin que l’écoulement soit réparti de façon optimum.

 

De cette bouche lippu, des chenaux rayonnant, en pente négative, distribuent une goulotte circulaire.

 

De part et d’autre de cette goulotte, repartent des gouttières en légère pente descendante également.


Dans ces gouttières, régulièrement espacés , des tubes dirigent le flux à la verticale de petites coupelles qui brisent le jet.

 

En dessous, les gouttes d’eau continuent d’être divisées et ralenties dans leur chute par de nombreuses clayettes jusqu’en bas de la structure.



 

En bas, le sol concave forme un bassin de réception peu profond. L’eau désormais refroidie est pompée pour recommencer le cycle.

 

Cet espace dégage une impression déconcertante et peu banale , mais chut ! Il me semble que d’autres visiteurs arrivent.


Bon, il est temps de quitter les lieux avant que ce refroidisseur ne m’échauufe le ciboulot !

 

Quel est l’avenir de ce vestige de la grande époque sidérurgique de la Normandie ? Et bien, au dernières nouvelles, c’est à l’étude…
Notons quand même ce projet ambitieux hand-cursor

Mine de May sur Orne

 

C’est un peu tombé dans l’oubli, mais la Normandie a été dans le passé une des principales régions sidérurgique française. Exploitée dès le XVIIe ,la production de minerai de fer a atteint son apogée en 1960. Ensuite le déclin s’amorce inexorablement. En 1993 la dernière coulée sortira des hauts fourneaux de la SMN situés à la périphérie de Caen.
Ma boîte à souvenir en bandoulière, je pars à la recherche de quelques vestiges susceptibles de diminuer ma nescience concernant ces activités disparues.
A May sur Orne, la ville est implantée au-dessus d’ une importante mine de fer qui fonctionna de 1896 jusqu’à 1968. L’exploitation « moderne » débuta sous la houlette de capitaux allemands avant la Grande Guerre. Durant le conflit, De Wendel et Schneider se livrèrent une lutte acharnée pour reprendre les concessions.
Historique détaillé hand-cursor

 

Que reste-t-il de cette épopée minière ? Pas grand-chose à photographier. Sur la rive droite de l’Orne, débouche le cavage d’une galerie d’exhaure. Les galeries ont servi de 1970 à 1983 pour stocker des hydrocarbures. La grille obturant l’entrée m’ôte tout espoir de visite souterraine et des effluves de fuel sont encore nettement perceptibles. Cette porte donne l’accès aux travaux souterrains afin de contrôler l’évolution des terrains situés en dessous de la ville.

img_1938may

 

Si l’extraction se faisait rive droite de l’Orne, l’expédition par voies ferrées se déroulait rive gauche. Deux convoyeurs aériens sont achevés en 1933 pour véhiculer le minerai des puits d’extractions jusqu’aux terminaux de chargement. Les silhouettes décharnées des concasseurs-accumulateurs qui surplombaient les voies ferrées sont encore debout

.img_1926may

img_1060may
Après leurs démantèlements, je dois avouer que ça vieillit bien mal et qu’il faut beaucoup de volonté pour y trouver un intérêt esthétique. Accordons quand même à l’escalier hélicoïdale une certaine élégance.

 

Sur un des deux terminaux, on peut encore accéder sans trop de risques au premier étage et profiter de la vue.

img_1956may


Continuer plus haut entrainerait une prise de risque inutile.
A l’étage supérieur, au travers des poutrelles métalliques, on peut entrevoir les restes d’un moteur.

img_1957may

 

Retour sur le plancher des vaches où , les trémies ont des allures de distributeur de bonbons PEZ.img_1037may

D’autres vieilles dames résistent tant bien que mal aux outrages du temps et souffrent d’un blocage de l’articulation mandibulaire définitif. Leurs dentiers usés laisse entrevoir des blocs de minerai.

img_1959may

img_1067may

img_1946may

 

Le poste d’aiguillage n’offre pas d’intérêt autre que de servir de défouloir aux amateur de tags. Je déclenche malgré tout mon appareil photo afin de conserver quelques « taguérotypes » en souvenir du temps passé.

img_1964may

img_1968may

 

En 1956, d’importants aménagements ont lieu. Fonçage du puits central à May sur Orne. Le minerai est acheminé par convoyeur à bandes, concassé puis stocké dans d’importants silos édifiés rive droite. Le minerai franchissait ensuite l’Orne au dessus du pont minier jusqu’aux quais de chargement.

photoimg_1925may
img_1918may
On peut deviner sur les bords de la passerelle les emplacements vides où se logeaient les poteaux soutenant le convoyeur.

img_1940may

 

Le silo-concasseur Nord a été recyclé et une rampe munie d’un convoyeur à bandes a été construite pour amener la pierre d’une carrière de grès voisine.

img_1090may

 

Pour la petite histoire, derrière le silo, une piste bétonnée et pentue m’a interloqué ne voyant pas quel pouvait être son usage par rapport à la mine. Renseignements pris, cela n’a rien à voir, cette piste servait pour effectuer des tests de pente pour la SAVIEM.

Bref, il ne reste vraiment pas grand-chose et on ne peut pas dire que la patine du temps arrange ni embellisse ces vestiges . Certes, on peut trouver que ces ruines font tache dans le paysage et que leur ancienneté n’est pas assez grande pour mériter le label « patrimoine ». Cependant,ils sont les derniers symboles de l’épopée minière qui a fortement impacté la région. Je crains que la dégradation inéluctable entraîne une « mise en sécurité » qui se bornera à tout raser.
Je remballe mon appareil à clics et mes claques pour prendre la direction du plateau où se situait le complexe sidérurgique de la Société Métallurgique de Normandie à Mondeville en espérant trouver quelques traces.
A bientôt…

img_1939may

Lathrée clandestine

 

Avec l’arrivée du printemps, l’humeur mélanbucolique s’exacerbe, aussi les envies de baguenauder reprennent de plus belle afin de profiter du spectacle multicolore offert par les paysages champêtres.
C’est le moment de rencontrer sur les berges des ruisseaux de spectaculaires explosions de bouquets violacés. Suivant les régions, ces manifestations florales ne sont pas rares, mais il faut parfois chausser les bottes afin de les observer car ces belles affectionnent les recoins humides où elles s’épanouissent aux pieds des arbres qui surplombent les ruisseaux.

 

Outre sa floraison peu banale, cette plante se distingue par le fait qu’elle ne possède pas de feuilles.

En effet, nulle manifestation de verdure chlorophyllienne susceptible d’assurer la photosynthèse. Comment la Lathrée clandestine, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, obtient-elle l’énergie nécessaire à sa survie ?

 

La floraison n’est que la partie émergée de l’iceberg ! Cette plante possède un réseau de rhizomes très développé pouvant peser plusieurs kilos. Ces tiges souterraines blanchâtres sont munies de suçoirs qui pompent directement la sève dans les racines des arbres. Ces pompes aspirantes assurent ainsi une transfusion énergétique. Notre belle fleur violette est donc une plante holoarasite. Parasite certes , mais nullement nuisible envers son hôte nourricier.
Son mode d’existence rend toute tentative de transplantation vouée à l’échec aussi ne privons pas le promeneur suivant de l’attrait de la lathrée.


Si on écarte délicatement les feuilles qui jonchent le sol, on découvre de petits bouquets blanchâtres très fragiles.



Ces « bouquets » sont formés d’écailles entre lesquelles le calice de la fleur se développe.

 

La pollinisation est assurée par les butineurs et le vent. La lathrée produit des fruits qui contiennent quatre à cinq fruits. Expulsées mécaniquement (autochorie), les graines tomberont dans l’eau . Les plus chanceuses échoueront plus loin sur un lieu humide à proximité d’un arbre, elles pourront germer, prendre littéralement racine et s’y nourrir. La lathrée va développer tranquillement son rhizome sweet home, mais il faudra attendre dix ans avant que les fleurs éclosent.

 

Quand la fleur a assuré la production de ces graines, elle disparaît complètement de la surface et mérite ainsi sa dénomination de clandestine.
Il est donc bien naturel que l’on ait choisi cette jolie orobanche pour symboliser les amours cachées !

 

Révolutions 2017

 

Et voilà, notre bonne vieille terre va entamer une nouvelle rotation autour du soleil qui durera un an. Son climat est de plus en plus perturbé par des homo-parasitus vraiment turbulents qui pullulent et par les flatulences des vaches qui puent tout court.
Et pourtant, « E pur se muove ». Ainsi, l’année dernière, mine de rien, vous avez parcouru pas loin d’un milliard de kilomètres
Et il va falloir remettre ça ! Afin d’entamer ce périple du mieux possible, je vous conseille de partir légers. Mettez dans un grand sac toutes ces choses qui vous ont pourri la vie l’année passée et balancez-le vite dans la benne à tout-venant.

Il est souvent conseillé de ne pas regarder derrière soi, d’aller de l’avant. Baguenaudes tentera de le faire en vous proposant des photographies de son « avant », c’est à dire: des vieux machins rouillés et tout cassés qui traînent ça et là.

Je vous souhaite donc d’entamer une magnifique randonnée de 949 650 000 kilomètres, (bon prétexte à vous mesdames pour acheter de nombreuses paires de chaussures) sur des chemins qui fleurent bon la noisette et d’attraper le moins possible d’ampoules aux pieds.
 

 

Un kilomètre à pied ça use, ça use.
Un kilomètre à pied, ça use les souliers.
Deux kilomètres à pied ça use ça use…..
Rendez-vous dans environ 949 650 000 kilomètres*.
Comme dit souvent la Comtesse à l’air bouchée dès qu’elle court: qui sait comment on endure les bornes? La dope, ça empire quand on essaye un petit galop!

 

Voici, en guise de carte de vœux, un plan qui pourra guider vos pas

Carte du tendre.jpg
Par François Chauveau ( fr:Carte_de_Tendre), Domaine public, Lien

 

*J’ai pris comme référence le périmètre de la Terre à Vesdun, considérée comme centre de la France par l’IGN, le tout quelque peu majoré pour tenir compte de vos propres déplacements car je vous sais adeptes forcenés du footing !
Je me suis borné au système solaire sinon, on en finit plus !

Vialas Le Bocard

 

Cévennes, Gévaudan, Margeride ces mots évoquent des terres austères où le climat excessif a sculpté des paysages riches en sites somptueux, mais aussi pauvres économiquement. Pourtant, si le sol n’est pas favorable à des cultures extensives, il n’y a pas si longtemps, le sous-sol a fourni, quant à lui, de grandes quantités de matières premières bien rentables.
Aujourd’hui, nous allons visiter les ruines spectaculaires de l‘usine de traitement de minerai de Vialas. Dans cette aire géographique aussi peu urbanisée, la rencontre de ces vestiges est saisissante.
A la fin du XVIIIe siècle des filons de plomb argentifère sont découverts sur la commune.
Le minerai est d’abord traité à Villefort, mais suite à la richesse du gisement, en 1927, il fût décidé de transférer l’usine à Vialas sur les lieux de l’extraction.
La configuration accidentée du relief n’est pas propice à l’implantation d’un site industriel, qu’importe ! Il suffit de construite une voûte au dessus d’un petit affluent du Luech. Cette voûte longue de 100 mètres supportera une plate-forme où seront implantées les infrastructures de l’usine et ses nombreuses dépendances.

Vialas le bocard (9)

Deux kilomètres en amont du site, l’eau du Luech est en partie canalisée jusqu’à l’usine pour servir de force motrice aux différents pilons chargés de broyer le minerai (Bocard).



 

Une des rares vues d’époque de l’usine donne bien une idée de l’importance du site.

Vialas le bocard (1)
L’ouvrage a subi les outrages du temps depuis sa fermeture en 1894, les sites industriels n’étant pas bâtis pour durer. La récupérations de matériaux ( pierres tuiles) a accéléré la dégradation du site, mais les pans de mur restants sont de toute beauté démontrant l’audace des architectes et l’habileté des maçons cévenols pour qui l’art de la voûte n’a plus de secret depuis longtemps.

 

Avec le temps, l’environnement champêtre confère au site une ambiance très particulière, bien éloignée du vacarme et de la poussière qui devaient régner quand il était sous l’emprise du dieu Vulcain.

Vialas le bocard (12)
Vials
Vialas le bocard (10)

 

Les mines consommaient beaucoup de bois pour le soutènement aussi des flancs entiers de montagne ont été boisés pour subvenir à ces besoins. Les descendants de ces plantations envahissent les lieux et maintenant, paradoxalement, contribuent à leur effondrement. Il devient difficile de reconnaître l’usage des différents bâtiments démantelés.

Vialas le bocard (3)
Vialas le bocard (11)

 

Le bâtiment principal abritait la fonderie. La toiture en tuile a complètement disparu, seuls subsistent les murs extérieurs sur lesquels on peut deviner encore quelques voussoirs.

Vialas le bocard (5)

Vialas le bocard (7)

Vialas le bocard (8)

 

Le traitement du minerai exige de nombreuses phases de traitements mécaniques et chimiques pour récupérer le métal convoité. Pour donner une idée, il fallait arracher 80 tonnes de minerai à la montagne pour obtenir 300 grammes d’argent ! Malgré le faible rendement, Vialas fournissait un quart de la production nationale. La production de plomb était accessoire.
Le tri manuel à la sortie des mines, le concassage à l’aide de bocards (qui a donné son nom à l’usine) suivis du criblage sont effectués en amont de la fonderie pour obtenir les schlichs. (Papy Mougeot nous explique que ce schmilblic est le résultat du minerai réduit en poudre, puis lavé).
A partir de cette poudre, il faut ensuite séparer les différents éléments qui la composent : soufre, plomb, argent, roche encaissante. Ces différentes étapes chimiques vont s’effectuer au travers de la cuisson.
Nous sommes ici devant les magasins des combustibles:

schlichsLà aussi, plusieurs opérations sont nécessaires, au combien complexes et enrichissantes question vocabulaire comme nous allons le constater.
Le processus (très simplifié) commence par le grillage qui sépare le soufre du plomb.
Une fouille récente a mis à jour des foyers des fours de grillage.

Vialas le bocard (6)

 

Le minerai est ensuite passé dans un four à charbon afin de « libérer » le métal. A la fin de cette opération on obtient du plomb qui contient de l’argent séparé des scories.
On peut encore trouver des traces de laitier. (Roche non métallique devenue liquide par la cuisson.)

Vialas le bocard (19)

 

Il faut maintenant séparer l’argent du plomb.
Cette opération s’effectue grâce à la coupellation.
La matière à traiter est placée dans une sole concave, sorte de grand creuset. Au fur et à mesure de la chauffe, le plomb aigre est écrémé en surface sous forme d’écume. Plus tard, les scories (abzugs) sont retirées à la surface du four à l’aide d’un racloir. Les abstrichts (impuretés) montent à la surface du bain et sont retirées de la même façon. Plusieurs heures de chauffe sont encore nécessaires pour que le plomb marchand (Litharges) surnage tandis que l’argent, plus dense, se concentre sous forme de galette au fond de la coupelle.
Je suppose que cette opération s’effectuait à cet endroit.

Vialas le bocard (13)
On ne peut s’empêcher de penser aux inhalations délétères que respirait ces « Nicolas Flamel » qui transformaient le plomb, non pas en or, mais en argent, ce qui est déjà pas mal!.

 

Une des caractéristiques spectaculaires du site est la cheminée rampante qui domine l’usine. Longue d’une centaine de mètres, elle s’appuie sur le flanc escarpé du vallon. Assurant un fort tirage aux nombreux fours, elle éloignait le plus loin possibles les vapeurs nocives.
Elle avait une autre fonction. Elle possédait des chambres de condensation où étaient récupérées les fines particules d’argent en suspension dans les fumées. Pas question que l’argent parte en fumée !

Vialas le bocard (16)Vialas le bocard (17)

Vialas le bocard (18)

 

Passons maintenant sous l’usine pour admirer la voûte qui enjambe la rivière. Elle constitue l’aspect le plus spectaculaire des vestiges de l’usine. Le parcours souterrain révèle l’audace de et l’ampleur de l’édifice.

Vialas le bocard (4)

 

L’activité de l’usine était tributaire du niveau d’eau qui, on le sait, est très fluctuant dans les Cévennes. Pour pallier cet inconvénient, une machine à vapeur a été installée plus tard. La hauteur de la voûte a été concue de manière à contenir les éventuelles crues.

Vialas le bocard (21)

Vialas le bocard (22)

 

En parcourant le lit de la rivière, j’ai eu la surprise de tomber sur un vestige très intéressant.

Vialas le bocard (14)

 

Ce bout de ferraille à l’apparence anodine est en fait un bout de rail Brunel ou Barlow issu vraisemblablement des aciéries de Decazeville ou Aubin.
Le barlow permettait de se passer de traverses en bois.

Brunel_Barlow

Séduit par cette innovation britannique, Cabrol à Decazeville installe un train de laminage pour une production à grande échelle. Las pour les actionnaires, les inconvénients (résistance à la flexion, qualité du fer, difficulté de fabrication) ont pris le pas sur les avantages et ce type de voies ferrées a été rapidement abandonné. Pendant un temps le stock de rails sera reconverti pour un usage de poutrelles comme on peut le constater dans les ruines de l’usine de Vialas.

Vialas le bocard (15)
Les exemplaires encore visibles de ce type de rails sont devenus très rares et méritaient bien cette petite digression.

Longtemps menacé de ruine totale, le site est maintenant pris en charge par la Mairie de Vialas, le Parc National des Cévennes et l’association Le Filon des Anciens qui souhaitent le mettre en valeur tout en le sécurisant. Ce type d’initiative est suffisamment rare pour être signalé.

 

Pour aller plus loin:
Association Le filon des anciens Site très complet sur l’usine du Bocard.hand-cursor
Des archives très interressantes rassemblées par Mr Jean Marie Gazagne et publiés par Vialas en Cévennes.hand-cursor
La saga du rail Barlow.hand-cursor

 

La colonie agricole et pénitentiaire du Luc. (Cellules)

 

Je vous ai déjà décrit mes observations concernant la colonie agricole du Luc au cours de ces trois articles:
la genèse,
les bâtiments,
la fromagerie.

 
A la suite d’une nouvelle visite , il m’a semblé intéressant de revenir sur quelques témoignages laissés par les colons au cours des séjours qu’ils effectuaient en cellules.
Le but n’est pas ici de surfer sur une corde sensible, bien qu’il soit difficile de déchiffrer ces graffitis sans éprouver un sentiment de compassion ou de révolte, mais il faut tenter de se replacer dans le contexte de l’époque où la notion d’enfant roi n’était pas franchement d’actualité.
Quittant la civilisation en sortant de la gare d’Alzon, les gamins ou adolescents qui se rendaient à la colonie devaient se demander sur quelle planète leurs existences allaient dorénavant se dérouler. Issus pour la plupart de villes, la découverte de cet univers minéral et silencieux devait vêtir leur moral d’un paletot bien lourd à porter.

Déjà privé de liberté jusqu’à sa majorité, pour le colon récalcitrant, la double peine sous la forme d’ un séjour en cellule était fréquente.

Au Luc, les 5 cellules sont les seules parties des bâtiments restées en l’état et je remercie le propriétaire qui m’a ouvert l’huis, me permettant ainsi d’écouter parler les murs.

Colonie agricole du Luc (19)

 

En haut et en bas de la porte, serrure doublée d’une targette, judas fermé par une trappe métallique, les moyens de fermeture sont bien afférents à ceux d’une porte de cellule. Ces mesures carcérales semblent bien excessives quand on sait que toute évasion relevait de l’utopie tant l’environnement était désertique. Pourtant, plus d’un ont tenté de se faire la belle.

Colonie agricole du Luc (26)
Le passe-plat, au ras du sol n’échappe pas à la règle. C’est pourtant par cet orifice que le dénommé Bottari aurait réussi à forcer la serrure du bas et par le judas celle du haut. Cette version, relatée par les chaussettes à clous, parait peu probable, une complicité extérieure me semble plus plausible.

Colonie agricole du Luc (25)

 

Le décor est vite planté. Quatre murs, une porte et un soupirail muni de barreaux. Pas de moyen de chauffage.

Colonie agricole du Luc (11)
Du sol au plafond, les murs sont recouverts de graffitis. On est fortement interpellé par tous ces noms tantôt soigneusement calligraphiés tantôt furtivement ou maladroitement tracés. En essayant de les déchiffrer, on ne peut s’empêcher de les personnaliser en y greffant par imagination une évocation de ce que pouvait être le caractère de leurs auteurs. Hargneux Pieroti dont le patronyme est profondément gravé en plusieurs endroits ? Rêveur Druais avec son penchant manifeste pour le dessin? Fataliste Chouvin et son poème pessimiste? Insoumis Rustoll? Amoureux Giraud? Je suis certainement à côté de la plaque, mais qu’importe, ces témoignages d’enfants méritent bien qu’on s’y attarde.

C’est sur la peinture écaillée des portes que l’on peut relever les inscriptions les plus anciennes. Parmi la profusion d’inscriptions, on peut distinguer ici un Albert Villeneuve né(e) à Oran en 1892.

Colonie agricole du Luc (20)

 

Au fil du temps, les murs ont été enduits plusieurs fois aussi les gravures que l’on peut distinguer aujourd’hui appartiennent à la dernière période alors que le Luc était passé sous la tutelle de l’Assistance Publique (1904-1929).

Colonie agricole du Luc (2)

Le temps efface petit à petit les traces. Les mentions du lieu et date de naissance sont pratiquement systématiquement mentionnées. Ce sont bien souvent les seuls éléments connus de ces enfants concernant leurs origines et l’on comprends qu’ils s’y accrochent. On constate des provenances géographiques très variées. On peut noter que plusieurs graffitis indiquent des colons originaires d’Algérie (Constantine, Oran, Orléansville). Sans doute une des conséquences de l’immigration encouragée suite à la révolution de 1848. Le manque de préparation et les maladies ont causé beaucoup de décès ce qui a dû engendrer de nombreux orphelins.
Ici, on devine La Roche sur Yon.

Colonie agricole du Luc (12)
Armel Charteau 21 Octobre 1896 à Nantes souhaite le bonjour à tous.

Colonie agricole du Luc (13)

 

A quelles amours s’adressent ces cœurs ? Parmi tous les entrelacs je n’ai pas discerné de prénoms féminins. Je n’ai pas non plus remarqué de graffitis à sous-entendu graveleux.

Colonie agricole du Luc (4)
Colonie agricole du Luc (15)
colonie-agricole-du-luc-17

Pour tromper l’ennui, certains esquissent un autoportrait à moins que ce soit le visage d’un camarade comme l’atteste la présence d’un béret qui faisait partie de l’uniforme du colon.
colonie-agricole-du-luc-22
Est-ce le même colon qui rentre poule et poussins à l’abri du renard?

Colonie agricole du Luc (8)

 

Ici la seule représentation féminine que j’ai vue. Le texte accompagnant cette élégante au sourire en coin est à jamais perdu.

Colonie agricole du Luc (7)Ce profil est peut-être dû au même artiste.

Profil

Là, nous avons droit à un marin déclarant: Je suis un fayot de la marine ! Une moquerie envers un gardien ancien militaire ? Encore une supposition!
En dessous, un carré magique formé des chiffres de 1 à 9 et dont chaque ligne est un total de 15. Les degrés d’instructions que l’on peut déduire grâce aux graffitis sont pour le moins hétérogènes.

Colonie agricole du Luc (24)

 

Le bis mentionné à la dernière ligne fait penser à un chant dont les paroles sont perdues. On ne saura pas ce qu’il fallait garder dans notre coeur…

colonie-agricole-du-luc-21

 

JE SORTIRAI QUAN DIEU LE VOUDRA VOICI 19 JOUR QUE JE SUI EN CELULE
Est-ce Permann(?) Jean-Marcel qui a tenté ces calculs ? Voila 432 heures que je suis en cellule. 224490 minutes et 1393 secondes.
Il compte les jours, les heures jusqu’aux secondes, mais fataliste, il ajoute plusieurs fois : MES ENFIN JE NE MAN FE PA

Colonie agricole du Luc (5)
Sur ce panneau, on peut voir en plusieurs endroits, 5 points assemblés comme sur une face de dé. Dans les prisons, ce signe symbolise l’enfermement entre quatre murs.
Figure également la date de 1927. Bien que devenue Ecole professionnelle en 1904, il apparaît clairement que les méthodes héritées de la période pénitentiaire ont perduré jusqu’à la fermeture en 1929.

 

La notion de classe militaire est très présente dans les graffitis. Pour beaucoup, l’engagement dans l’armée était la solution choisie à leur sortie du Luc. Arrivé à l’age de 13 ans, Rastoll entame sa dernière année au Luc en cellule.

Colonie agricole du Luc (18)
Dans une autre cellule, Rastoll nous indique son 2eme prénom: Manuel

rastoll

 

Louis Raymond Chouvin a gravé son nom en plusieurs endroits. Manifestement, il a effectué plusieurs séjours en cellule.
Peut-être par esprit bravache, il nous a laissé un poème. En est-t-il l’auteur ? Peu importe,clic! le texte fait froid dans le dos tant il décrit l’avenir qui était réservé à nombre de ces colons qui se sont retrouvés déphasés à leur libération.
La Loire m’a vu naître
L’Assistance m’a vu paraître
La colonie de Mettray dans la torture
La colonie du Luc dans l’esclavage
Les prisons me verront rentrer
Le bagne me verra souffrir
Et Cayenne sera mon tombeau
Et debler* me fera passer le cou par la lunette
L’échafaud me verra mourir.

Colonie agricole du Luc (9)
A 18 ans, en traçant ces lignes, ce Chouvin était d’une lucidité effrayante et ne se faisait guère d’illusions quant à son avenir lointain. Néanmoins, cet originaire de Saint-Etienne pense à se mettre au vert:A moi la Loire et ses filles charmantes dans six mois au jus.

 

Sur ce chevron réutilisé pour une modification de la toiture, on peut déchiffrer : Elena est rentré à la Colonie de Beaurecueil le 10 mars 1873 et au Luc le 24 ?
C’est la plus ancienne inscription que j’ai pu relever.

elena

 

Ce message se passe de commentaire !

Colonie agricole du Luc (16)
MES CHERS AMIS
PRENEZ TOUS LA FUITE
NE RESTEZ PAS AU LUC
Pierotin, Coste, Mustapha, Giraud, Mollier, Toselli, nombreux sont les patronymes que l’on peut déchiffrer avec un éclairage rasant dans les différentes cellules. Au cours de différents séjours, ces jeunes rebelles aux origines très variées ont laissé leurs noms, sinon pour perpète, du moins tant que dureront les murs.

Colonie agricole du Luc (14)

 

Refermons doucement la porte sur les fantômes des colons du Luc.

Colonie agricole du Luc (1)

Licorne

 

Surprise!
Nous sommes bien loin de la forêt de Brocéliande, pourtant les frondaisons humides se sont écartées doucement ce matin pour livrer passage à cette belle licorne.

Daguet (4)

Daguet (3)

 

Chut ! Profitons du spectacle.

Daguet (2)
Je vous vois venir, pourfendeurs d’incertitudes et approximations, vous allez argumenter que le front de cette belle apparition n’est pas dotée de corne, mais de bois!
Laissez moi rêver. Son front n’est paré que d’un seul appendice, donc c’est bien une licorne !

Daguet (5)
Le chevreuil perd ses bois à l’automne. Ceux-ci repoussent rapidement et sont débarrassés de leurs velours en Avril- Mai (fraye).
(Remarquons au passage que les animaux porteurs de bois sont qualifiés de cervicornes histoire de mettre un peu de confusion.)
Pourquoi notre licorne ne possède qu’un « bois » ? Anomalie génétique, bagarre? Ce bois dépourvu d’andouiller semblerait indiquer un individu relativement âgé (7/8 ans).

Si je la croise, je demanderai à la fée Morgane.

 

L’arrivée du printemps

 

Pour le plaisir des yeux, je vous présente quelques photos qui annoncent le retour du soleil.

Revenons au Château de la Rivière où les eaux se sont retirées des bocages. La migration estivale a garni les murailles de locataires bruyants où la moindre éminence est occupée par de nouveaux guetteurs. Le spectacle son et lumière offert gracieusement par ces cigognes blanches est assez impressionnant.


Wikipédia

IMG_1480cigognes
IMG_1465cigognes

 

Tout ce joli monde est employé à la confection du nid qui au fil des ans peut atteindre 1.50m. de diamètre et un poids de 60 à 200 kgs !

IMG_1441cigognes
L’attitude du spécimen au second plan peut être interprété comme un salut ou comme une menace.

IMG_1444cigognes
Pour faire savant, on peut placer dans la conversation que contrairement à beaucoup de volatiles, Monsieur Cigogne possède un pénis vestigial..
IMG_1459cigognes

IMG_1476cigognes

 

Si la cigogne hiverne, ce n’est pas le cas du lézard vert qui lui hiberne.
J’ai eu la chance d’observer ce joli mâle profitant des premières chaleurs pour sortir de sa léthargie.

lezard vert (2)

IMG_1633ron

lezard vert (3)

lezard vert (4)

lezard vert (1)

IMG_1392ron

 

Allez, on termine ce petit bestiaire printanier avec ce joli passereau qui passait par là. L’est-y pas mimi ce pinson comme dirait Alfred ?.

IMG_1616cigognes