La creute des artistes 2eme partie

Nous allons terminer la visite de cette carrière par des sculptures dont  les noms des auteurs sont parvenus jusqu’à nous. Il est étonnant de constater le nombre de réalisations de haute tenue que l’on peut admirer dans cette carrière, métamorphosant ainsi les couloirs en galeries … d’arts.
Concours de circonstances qui regroupa plusieurs artistes au même endroit au cours de l’année 1916 ? Peut-être…
Enterré, ce refuge abritait un important poste de commandement relativement tranquille où les officiers, issus de classes sociales supérieures, retrouvaient un semblant d’environnement rappelant celui de leurs vies bourgeoises.
L’entrée de cette carrière se parcourt sous le regard énigmatique de cette monumentale tête de sphinx quelque peu inattendue en cet environnement picard.


La photo (Album Valois) de la sculpture en cours d’élaboration par Leclabart donne une idée des proportions monumentales.

 

Louis Leclabart, sculpteur et dessinateur, était affecté au 12e Régiment d’Infanterie Territoriale en raison de son âge (plus de 34 ans au moment du conflit). Les territoriaux, surnommés « pépères », bien que considérés comme trop âgés pour participer aux combats, furent malgré tout sollicités en 1914. Nommé caporal et brancardier en 1916, Leclabart fut cantonné dans cette creute relativement calme où il put exprimer son talent.(Album Valois)


Il mit à profit un volume laissé par les carriers pour décorer le fronton des logements des officiers. Ce haut-relief possède une haute valeur symbolique, le mythe de Jeanne d’Arc ayant pris une grande ampleur nationale suite à la guerre de 1870.


La représentation altière était surmontée d’une devise aujourd’hui disparue: Nous les bouterons hors de France. Au pied de l’icône nationale, on peut distinguer les restes d’une croix de Lorraine.

 

Plus léger, il décora un angle de la carrière avec cette fantaisie imitant une fontaine surmontée d’un joli mascaron reposant sur deux volutes, le tout dans un style Art nouveau.


La reconnaissance de son talent auprès des troupes se concrétise par l’illustration de la une du journal Hurle Obus


Démobilisé, il reprit son activité notamment en réalisant plusieurs monuments aux morts.
On peut se faire une idée de son talent artistique hand-cursor

 

Le brigadier Jacques Cadars était un ancien élève des Beaux Arts. Affecté au 4e Régiment de cuirassiers, on lui doit ce grand bas-relief représentant un dragon aux flancs grisés par l’humidité. Cuirasses et chevaux ont été abandonnés en 1917, la sculpture serait-elle antérieure à cette date ?



Né en 1895, son âge ne le mit pas à l’abri du front où sa vocation d’artiste fut brutalement stoppée le 27 Octobre 1918 à Thermes dans l’Argonne.

 

Il faut pénétrer dans les galeries pour découvrir cette femme aguichant le spectateur à l’aide d’un sein dévoilé. L’auteur, un certain Bucher a légendé ce sourire fripon d’un : Souvenir de la Légion 5 Cie.


Légionnaires soupçonnés également d’utiliser la piquette comme butin!

 

Voici pour moi la réalisation la plus remarquable par sa taille et l’habilité de son exécution. On la doit au sergent L. Bonnyaud, du 240e RIT. « Pépère » lui aussi, il reprendra son métier de marbrier à la fin du conflit.
La profondeur de la vue est simulée par la mise en perspective d’une série de créneaux. La vigie, campée sur un caillebotis guette au septentrion les vandales derrière le parapet.


Les détails sont d’une précision quasiment photographique allant de l’épaulette en rouleaux pour retenir la bretelle du fusil, jusqu’au système de réglage de cette dernière. Cartouchière, besace, bandes molletières et même la pipe, tous les éléments de l’équipement du fantassin sont présents. Le réalisme est si poussé que l’on peut observer un rat lorgnant sur la gamelle située au sommet du havresac !


Le titre de l’œuvre se réfère au surnom la crête surplombant le front.

 

Victime de la qualité de ses réalisations, un rond de bosse a été dérobé et sûrement à jamais perdu.

 

Nous terminerons sur une note légère avec ce bas relief signé Charnais.



Zut ! Voilà qu’il pleut.

 

Surnommé « Les parisiennes », ce panneau serait une copie d’un dessin paru dans la revue La Vie parisienne. Comme je l’ai déjà mentionné dans l’article précédent, ce genre de revues de modes, où la gent féminine était souvent dessinée en tenues plus que légères, étaient fort prisées des soldats. Il suffit de parcourir les petites annonces pour s’en assurer. J’ai parcouru plusieurs numéros sans retrouver l’original, aussi je lance un grand concours où il n’y a rien à gagner: Qui retrouvera les modèle? Gallica nous offre la possibilité de feuilleter ces magazines où les illustrations d’un style Art Nouveau se parcourent avec délectation.

La vie Parisienne hand-cursor


A contempler toutes ces toilettes, les poilus riaient dans les champs !

 

L’érosion grignote lentement les sculptures extérieures, des sortes de lichens ou algues noirâtres et gluantes recouvrent par endroit les parois.
Pour le moment, la creute semble bénéficier d’une discrétion favorable à la conservation de ces témoignages émouvants. Souhaitons que son classement comme monument historique fasse que cet état soit pérennisé.

 

La creute des artistes

 

Retournons visiter les creutes où les soldats survivants tentaient de récupérer des affres des combats et où les officiers organisaient tant bien que mal les futurs carnages élaborés par l’Etat-Major.
Nous avons la chance de pouvoir disposer de photographies des même lieux issues de la bibliothèque La contemporaine . Nous en avons extrait quelques unes afin de se replonger dans l’ambiance de l’époque.
Album Valois.hand-cursor

 

Pendant une longue période, cette carrière était suffisamment éloignée du front pour que son aménagement soit assez poussé pour bénéficier d’un confort relatif.



Image tirée de cet excellent document

 

Si la troupe était cantonnée dans les vastes galeries, l’encadrement bénéficiait d’aménagements troglodytiques plus sophistiqués où des murs délimitaient des espaces clos plus faciles à chauffer.


 

A la popote !

 

Cette carrière a été occupée pendant toute la durée du conflit. Contrairement à ce que l’on peut trouver dans d’autres creutes, on trouve très peu de patronymes mais plutôt des tentatives d’expressions artistiques dont certaines sont très réussies.


Par exemple, le coin lavabo est décoré d’un minois souriant.


Et plus curieusement deux autres profils où se devinent un casque à pointe à gauche et une casquette d’officier allemand à droite ( ?). Ces derniers ont-ils brièvement occupé la région en 18 ?

 

Au hasard des murs, dans la pénombre, on découvre d’autres profils de factures différentes.
Un style académique fleurant l’école des Beaux-Arts bien rodé


Ce portrait au calot est signé Godule.

 

Une tête de lion rugissant se découpe à l’angle d’une paroi.

Vers quels horizons s’évadent les pensées des soldats au repos ?
La femme affriolante ?


Certes ! Ces madelons sont un peu mûres.

 

La foi?


La patrie?
La semeuse, allégorie créee fin 19e, est devenue un symbole de la République Française.


L’héroïsme, récompensé par la croix de guerre?

 

Hélas, pour eux, plus de questions métaphysiques.

 

On ne comprend pas bien pourquoi ce bas relief a été saccagé ne laissant que la représentation de l’aile relativement intacte. De tels saccages pouvaient être effectués par vengeance au cours des différentes prises et reprises des lieux par les belligérants, mais ce cantonnement est resté aux mains des français tout au long du conflit.

Il se distingue intact, peut être encore inachevé, sur ce cliché de 1918.


Cette couverture d’un magasine coquin du 31/3/1917, fort prisé des poilus, a pu inspirer l’artiste. (J’avance audacieusement cette possibilité car elle est évoquée à propos d’une autre sculpture que vous verrez plus tard.)

 

Le Maréchal Joffre va vous guider vers d’autres représentations artistiques prochainement.


Maréchal à qui ont doit le jour le plus sanglant de l’histoire de France: 27000 morts le 22 Août 1914. Cela lui a valu de formidables honneurs !
A suivre…

 

Armistice

Jusqu’au bout…
Le 11 Novembre 1918 à 10h 55 , Auguste Trébuchon est tué. L’Armistice a été signé le matin à 5 heures 15, le cessez-le-feu étant prévu à 11 heures. Depuis la veille, l’Etat Major Français fait le forcing pour accentuer la pression sur les Allemands avant la signature. La Meuse doit être franchie à tout prix. Une fragile tête de pont est établie. Bien que le 11 au matin, l’annonce imminente du cessez-le feu soit connue par les soldats, les tirs de mitrailleuses et d’artillerie continueront jusqu’à ce que les clairons retentissent à 11 heures. Cinq minutes avant, Auguste Trébuchon est frappé d’une balle en pleine tête. Il est considéré jusqu’alors comme le dernier soldat français tué pendant la Grande Guerre.
Cent ans plus tard, l’esprit de clocher est toujours tenace :
Il semblerait qu’Auguste Joseph Renault soit décédé à 10 heures 58. hand-cursor

Vous connaissez maintenant mon attrait pour le monde souterrain et surtout pour les témoignages laissés sur les parois, aussi je me devais de commémorer ce centenaire avec quelques photos prises dans les creutes (carrières souterraines) qui servirent de refuges aux combattants.

 

Cent saisons ont passé et les feuilles mortes n’ont pas encore comblé les cicatrices laissées par les combats. Les lacis formés par les tranchées sont encore nettement visibles dans les sous-bois.

 

Difficile de dire si les effondrements qui percent les plafonds sont dûs aux obus ou à l’érosion mais, les nombreux entonnoirs qui avoisinent cette carrière indiquent bien qu’elle fût la cible de bombardements.


Ôtez ces obus de ma vie !

 

Ces marches taillées débouchaient vers le Nord afin d’accéder aux tranchées en restant le moins exposé possible.

 

Pour rompre l’ennui et tenter de fuir leurs conditions de vie, les soldats ont souvent laissé des témoignages gravés dans le calcaire. Si certains bas-reliefs sont de factures naïves, d’autres font preuve d’une réelle maîtrise artistique. Il est bien dommage que cette scène où on peut deviner un poilu terrassant un adversaire à la baïonnette ait été saccagée.


??ONTY RIVASSOU 1914

 

Deux tentatives de portraits? Cette silhouette porte un curieux bonnet.


Malgré l’érosion, on peut deviner une figure féminine aux yeux charbonneux.

 

Les murs peuvent également délivrer des messages.

On peut traduire par Anéantir l’Allemagne.
Ce texte fait vraisemblablement allusion à l’essai écrit en 1871 par H. Entz :DELENDA GERMANIA. dont voici l’introduction:


Vous pouvez lire l’intégrale hand-cursor

Accompagnant cette citation, un texte qui ne nécessite pas d’explication, le texte est parlant !


GUILLAUME CAPUT

 

Cette petite commémoration personnelle s’achève ici, mais je reviendrai rapidement avec d’autres témoignages moins belliqueux.


A bientôt.

Autre article sur le même sujet hand-cursor

 

Hangar à dirigeables d’Écausseville

 

Une bien curieuse structure domine les haies du bocage normand.

On devine assez rapidement que cet imposant édifice a été érigé à des fins militaires, la région en est truffée, mais la surprise vient du fait que l’édifice a été construit en…1918. Nous sommes bien éloignés des champs de batailles de la Grande Guerre symbolisés par les tranchées, cependant, nous trouvons ici un rappel que la Grande Faucheuse a exercé sa redoutable moisson également dans le domaine maritime.
A partir de 1917 l’Allemagne intensifie les attaques sous-marines contre les convois important notamment du charbon, les principales mines françaises du Nord étant sous le joug des Allemands.

 

Pour contrer cette guerre sous-marine, l’Amirauté française installe plusieurs bases de ballons dirigeables.


Dès 1916, protégé des vents d’Ouest, le site d’Ecausseville est choisi pour l’implantation d’une de ces bases. Un premier hangar en bois est construit. Long de 120 mètres, il accueille les dirigeables livrés par les Anglais ainsi que les Zodiac commandés par la marine française. La taille de ce hangar nécessite de finir l’appareillage du dirigeable à l’extérieur du bâtiment où deux paravents latéraux sont chargés de soustraire le dirigeable des caprices du vent. (Ce premier hangar, endommagé par une tempête en 1931, a été détruit en 1933.)
La marine fait preuve d’innovation en commandant l’édification d’un second ouvrage en béton armé cette fois. Pour l’époque, la construction d’un tel ouvrage entièrement en béton est audacieuse et mérite que l’on s’y attarde d’autant qu’il est l’unique survivant des douze bases conçues par l’Amirauté pendant la première guerre mondiale. L’utilisation du béton est toute récente, en effet ce hangar est seulement le troisième édifice d’importance construit à cette époque. Sa conception servira de modèle pour les Cours de béton armé de l’Ecole Spéciale des Travaux Publics.
La construction est confiée à Henri Lossier, architecte suisse. Le défi est de taille, en effet, le volume nécessaire pour abriter un dirigeable est impressionnant. Le bâtiment, long de 150 mètres, possède une hauteur de 30 mètres et bien entendu, l’espace intérieur doit être complètement dégagé pour accueillir les mastodontes. Pour répartir au mieux les différentes contraintes, Lossier choisit d’ériger une voûte dont le profil est semblable à la parabole matérialisée par une chaîne suspendue à deux points d’attache horizontaux.


La taille des personnages donne une idée des proportions de l’édifice.

 

L’édifice est formé de trois modules de 9 fermes. Ces modules sont reliés par des joints de dilatation de deux cm. Du fait de leurs dimensions, les fermes, espacées de 6.25 mètres, ont été coffrées et coulées à demeure contrairement aux pannes qui furent moulées à terre.


Exemple de coffrage:

 

La voûte possède trois rotules d’articulation chargées d’absorber les éventuelles déformations dues à la pression du vent souvent taquin en Normandie.

 

La structure est recouverte par des tuiles elles aussi en béton.


 

Le pignon non amovible fermant une extrémité du hangar, par sa surface, offre une grande prise au vent. Il est complètement indépendant de la structure afin de ne pas transmettre des déformations à cette dernière. On perçoit le jour entre le pignon et le berceau de la voûte. L’assise est maintenue, par une structure extérieure de poutres en béton. Toutes ces mesures se sont révélées efficaces puisque le hangar a essuyé jusqu’à maintenant toutes les tempêtes sans faillir.

 

La porte amovible était elle aussi complètement indépendante de la structure. Elle était formée de deux vantaux coulissants sur rails. Pour assurer la stabilité du panneau, ce dernier était muni d’un contrepoids en béton de 30 tonnes posé sur un bogie. L’ensemble vantail/contrepoids, coulisse sur des rails.


Maquettes exposées au musée AEROBASE :

 

Construit à des fins militaires, ce défi architectural n’a paradoxalement jamais participé au conflit puisqu’il n’a été opérationnel qu’en 1919. Pendant l’entre-deux guerres, l’armée abandonne l’usage des dirigeables en 1936. On sait peu de choses concernant la période de l’occupation allemande si ce n’est le fait qu’une tornade du 14 Novembre 1940 a eu raison des portes coulissantes à la suite d’une mauvaise manœuvre. La fonction d’accueil de dirigeables étant devenue obsolète, le pignon a été fermé par un mur de parpaings.


Le hangar servit ensuite d’entrepôt pour l’armée américaine. Les murs témoignent encore de ces différentes occupations.

 

De 1946 à 1994, l’armée utilise le bâtiment comme lieu de stockage pour différents matériels.
De 1967 à 1969, il retrouve une fonction militaire avec la mise au point des ballons destinés aux essais des premières bombes H françaises. Pour bénéficier d’une hauteur supplémentaire, une fosse est aménagée.


Quelques guérites attestent de la sécurisation du site.

 

En 2003 le bâtiment est classé monument historique. En 2008 la communauté de communes achète le hangar et confie l’entretien et l’animation à l’Association Les Amis du Hangar à Dirigeables d’Ecausseville, charges dont elle se tire avec brio malgré l’ampleur de la tâche.
Vous pourrez vous envoyer en l’air et vous sentir léger. Un petit musée où figurent de belles maquettes complète la visite.

 

Vous pourrez compléter votre soif de savoir en consultant le site très complet de l’association, c’est là que j’ai puisé tous les renseignements. Il suffit de cliquer sur la bannière !

Epsomite

 

Epsomite, késako?
Wikipédia : Décrite par Jean-Claude Delamétherie en 1806, le nom fait référence au gisement topotype. François Sulpice Beudant vulgarise ce mot.
Mais, peut-être connaissez-vous ce minéral sous la forme de sel d’Epsom.
Ce sulfate de magnésium posséderait de nombreuses propriétés curatives et autres (anti-inflammatoire, relaxant, insecticide, nettoyant, rhumatismes etc.)
Une rapide recherche sur internet vous donnera une idée des nombreuses applications où il est censé être efficace. Nul doute qu’il devait figurer dans la composition de l’élixir du Docteur Doxey !

 

Une de ses utilisations la plus courante, si j’ose dire, concerne ses vertus laxatives. On comprend mieux l’origine du dicton entendu souvent aux abords des célèbres champs de courses : L’eau d’Epsom fait courir les hommes plus vite que les chevaux !


« Vous cherchez l’efficacité? Ils vous feront tous courir rapidement ! » Un palliatif à l’EPO ?

 

Bien, arrêtons de tourner autour du pot !
Si je vous parle de l’epsomite, c’est que l’on peut l’observer de manière spectaculaire dans les milieux souterrains. La cristallisation en longues fibres d’un blanc éclatant de ces girandoles minérales offrent aux parois un décor féerique incroyable.

 

Voici quelques exemples de formations croisées ça et là. Chaque fois, l’effet de surprise et d’émerveillement est total à la vue de ces longs filaments aux reflets métalliques qui contrastent avec les parois fuligineuses. Je vous laisse juge.


Puisqu’il s’agit de photos, il est difficile d’éviter le cliché qui évoque des longues chevelures argentées tant la comparaison est justifiée.


Décidément, le monde souterrain recèle bien des surprises qui récompensent des quelques efforts nécessaires à sa découverte.
J’espère que sur cet article, les effets de l’epsomite seront restés inefficaces.

Ghostbuster

 

C’est en lisant la presse locale que j’ai eu vent de ce lieu où plane une aura mystérieuse. En effet, les ruines de ce château sont qualifiées du château le plus hanté de Normandie voire de France ! Rien que ça !
Les amateurs, bardés d’appareils censés enregistrer la présence d’ectoplasmes, ne manquent pas de visiter les lieux à la recherche d’éléments tangibles. Les comptes-rendus que l’on peut visualiser sur la toile sont…
Je vous laisse chercher un peu, vous trouverez facilement en quelques clics les quand, comment et surtout les où, hou hou qui font la renommée de ce château. Ce dernier a été construit en 1830 et les manifestations inexpliquées se sont produites à partir de 1875. L’affaire a pris de l’ampleur au point que Camille Flammarion en parle dans son ouvrage : Les maisons hantées.
Je vous suggère de consulter une description précise des différentes manifestations observées en 1893. Ces faits sont relatés par le docteur en droit M.G. Morice. Ca vaut son pesant de cacahuètes.


 

 

Ce château, habité jusque en 1984, a été détruit par un incendie. Cela n’a pas fait fuir les ectoplasmes le soir venu, aux dires de ce qui se murmure dans les haies du bocage.


Vous avez lu les phénomènes ? Ca ne rigole pas ! C’est donc en serrant les fesses que je suis allé faire quelques photos.

 

Bon, d’accord, je n’y suis pas allé à la nuit tombée et je dois dire que les lieux ne sont pas bien effrayants. Je n’ai pas été accueilli par des hou hou mais par les croâ croâ de la nombreuse colonie de choucas qui… hantent les ruines.

 

Première constatation, par grands vents les volets doivent claquer des dents.


Deuxième constatation, la porte d’entrée ne semble pas un obstacle infranchissable malgré le nœud coulant qui oscille devant.

 

Troisième constatation, la visite des lieux sera rapide. En effet, il ne reste que les murs. Des trois paliers il ne reste rien, la porte d’entrée donne dans le vide. Pas d’alcôves secrètes ni de couloirs tortueux. Plus de portes dérobées à faire claquer, de marches à faire grincer et encore moins de vaisselles à projeter sur les murs. Les ectoplasmes doivent s’ennuyer ferme. Je pense qu’ils doivent se défouler sur les imprudents visiteurs du soir.

 

Pour pénétrer dans les lieux, il faut contourner la bâtisse.

 

Quelques montants en bois témoignent que plusieurs pièces ont été épargnées par les flammes. C’est assez paradoxal quand on constate l’état de délabrement des lieux.


L’alcôve où se situait un poêle.

 

Nos pauvres fantômes doivent passer beaucoup de temps à ravauder leurs draps tant les ronces et broussailles protègent les lieux de manière agressive. Bon, c’est vrai qu’ils ont l’éternité devant eux!

 

A visiter ainsi l’ambiance n’est vraiment pas angoissante, pas de mouvements suspects ni de gémissements mais la nuit, cela doit être autre chose !
Les faits ont débuté il y a 150 ans et la municipalité organise des soirées sons et lumières qui doivent engendrer quelques frissons.


Alors, fantômes, ou pas fantôme ? Il ne vous reste plus qu’à aller vérifier… un jour de pleine lune de préférence.
Sachez que le physicien Anglais Brian Cox, grâce aux expériences menées avec Le Grand Collisionneur de Hadrons du CERN est catégorique: pas de fantôme. Il s’appuie sur la deuxième loi de la thermodynamique.
Bon, c’est rassurant de savoir que les scientifiques s’occupent de choses sérieuses !
La preuve: hand-cursor

 

Minoterie

 

Après avoir été au four, nous voici au moulin. Grace à la gentillesse d’un particulier, j’ai pu visiter un ancien moulin à eau resté dans « son jus » depuis sa fermeture. Hormis les roues à augets, hélas disparues, tout est resté en place ce qui fait de ce lieu un endroit assez exceptionnel pour essayer de comprendre comment il n’y a pas si longtemps on passait du grain à la farine sans autre énergie que l’eau… et la sueur.
Un bief long de 600 mètres a été creusé pour apporter l’eau au moulin. Le tracé astucieux de son profil rend possible l’aménagement une chute d’eau de 5 mètres dans le bassin où tournaient les roues.

Des bassins de rétention permettent d’avoir une réserve d’eau suffisante pour faire tourner le moulin pendant une semaine. Le niveau d’eau est contrôlé par des vannes à crémaillères, l’excédent étant canalisé jusqu’à la rivière. Le débit de l’eau est un facteur primordial puisque la vitesse de rotation du moulin en dépend. Le dernier bassin avant la chute joignait l’utile à…l’utile puisqu’il servait également de lavoir.

 

La trace la plus ancienne concernant ce moulin se trouve aux archives dans un document relatif aux impôts payés au seigneur local (la taille) en 1688 ! Une pierre gravée nous indique la date d’une modification des infrastructures.


Dans sa configuration finale le moulin possédait une roue qui entraînait les meules à blé et une autre roue pour les meules à orge et sarrasin. Cette dernière roue actionnait également le banc de scie. Les roues ont disparu mais on peut encore voir un arbre de rotation qui traverse le bassin. Les structures au dessus devaient servir à soutenir les canaux en bois chargés de diriger la chute d’eau vers les augets.

 

Vous savez que Baguenaudes a depuis longtemps un petit grain, voyons comment le transformer en farine :

 
L’édification du bâtiment a mis à profit la déclivité du terrain de façon à obtenir 2 étages accessibles de plain-pied surmontés d’un troisième palier.
La répartition verticale des différents ateliers se présente ainsi :

Minoterie

 

 
A l’étage intermédiaire, le grain est versé dans la trémie située au premier plan.

Minoterie

 

Au bas de cette trémie, au rez-de-chaussée, il est dirigé vers un élévateur à godets qui élève les grains au dernier étage du bâtiment.

Minoterie
L’espacement des godets sur la bande de cuir de porc régule le débit d’alimentation des grains (Engrainage).

 

A l’étage supérieur, un tarare brasse les grains au dessus d’une grille afin de les débarrasser des impuretés. Seules les graines de blé sont épurées, le sarrasin étant une graine « propre ». Quant à l’orge, elle ne nécessite pas d’être épurée puisque destinée aux farines animales.

Minoterie
Une vis sans fin achemine le grain épuré dans une trémie à l’étage inférieur.

 

L’orifice inférieur de cette trémie est prolongé par l’auget, sorte de goulotte qui draine les grains vers l’oeilard des meules.

Minoterie
Un deuxième auget est prévu pour récolter en sac les grains destinés à la semence.

 

Pour obtenir la mouture, le grain est broyé entre deux meules en pierre. La meule inférieure est fixe (dormante ou gisante) tandis que la supérieure (tournante) tourne sur son axe centrale. La transmission de la rotation de l’arbre moteur à la meule tournante est assurée par l’anille. Cette pièce de fer est enchâssée dans la face inférieure de la meule. L’anille permet également de régler l’espace entre les deux meules suivant la mouture désirée.

Minoterie


Il arrive que l’arbre moteur soit prolongé au travers de la trémie de façon à brasser le grain pour réguler son acheminement vers les meules.

 

L’arbre moteur traversant la meule gisante, l’étanchéité est assurée par une pièce en bois : le boitard. On peut l’entrevoir avec cette vue de dessous.

Minoterie

 

Bien entendu, la qualité de la pierre est primordiale. Trop tendre, le grain ne sera pas correctement broyé et plus tard, le son sera difficilement séparé de la farine. Trop dure, la farine obtenue sera trop fine et difficilement panifiable. De plus, elle se conservera moins.
Les surfaces abrasives des meules sont striées pour déchiqueter les grains et guider la mouture vers l’extérieur grâce à la force centrifuge.
Pour compenser l’usure, les surfaces et rainurages des meules doivent être régulièrement rhabillées, c’est-à-dire repiquées à l’aide de bouchardes. Cette opération qui demande une semaine de travail était souvent effectuée par des spécialistes itinérants. Voici des fers destinés à cet usage.

Minoterie

 

L’apport régulier des grains est très important. A vide, les meules tourneraient trop vite et frottant l’une contre l’autre s’useraient davantage. De plus, dans cette atmosphère pulvérulente la moindre étincelle peut provoquer un incendie dévastateur. Ces accidents furent suffisamment fréquents pour inspirer la comptine célèbre encourageant le meunier à rester éveillé.

 

Afin d’éviter la dispersion de la mouture, les meules sont carénées par un coffrage circulaire (archure). Cette forme circulaire a été imposée par réglementation afin d’éviter aux meuniers de détourner une partie de la farine qui serait accumulée dans les encoignures d’une archure carrée. A tort ou à raison, les meuniers ont très souvent eu mauvaise réputation. Leur opulence et la complexité de l’appareillage ont favorisé les soupçons de détournements de grains ou farines. Etant la plupart du temps payés en matière première, il était tentant de dissimuler quelques trappes destinées à rouler le paysan…dans la farine.

Minoterie

 

Après avoir été broyée, la mouture est acheminée au rez-de-chaussée par une goulotte afin de séparer la farine du son dans une grande caisse oblongue en bois : le blutoir.

Minoterie

 

A l’intérieur de ce coffrage, se trouve une sorte de cylindre rotatif formé d’un châssis à la base hexagonale. Sur les lattes sont tendus des tissus (la soie) aux mailles de moins en moins fines qui servent à tamiser la mouture. La farine récoltée proche de l’entrée est de ce fait la plus raffinée alors qu’à l’autre extrémité, on trouve le son qui est réservé aux animaux. Les tamisages intermédiaires produisent une farine contenant une proportion plus ou moins importante de son : le rebulet. Quels que soient les différents blutages, le son représente environ 18% de la mouture.

Minoterie
Pendant la rotation du cylindre hexagonal, une latte de bois vertical frappe le châssis pour décoller la farine de la soie. Simple mais efficace !

Minoterie
Contrairement à l’effet visuel rendu par les photos, le cylindre rotatif est légèrement incliné vers l’aval.
Il ne reste plus qu’à ensacher, peser et livrer. Chaque sac pesant son quintal, le meunier était en général un gaillard costaud !

Minoterie

 

Toute la motricité cette machinerie est assurée par la rotation de la roue à auget dite aussi roue par dessus.

Livre Les moteurs hydrauliques. tome 1 / [signé L. Huard] 
Parallèle à cette roue, on trouve à l’intérieur du moulin une grande roue verticale : le rouet.

Minoterie

 

La transmission motrice entre le rouet et l’arbre moteur (le gros fer) est assurée par un engrenage vertical appelé lanterne. Les différents diamètres permettent une multiplication de la vitesse de rotation.

Minoterie

 

Il faut remarquer que les dents du rouet sont en bois. Ces alluchons sont en contact avec les dents en fer de la lanterne. Ce sont donc eux qui s’useront et seront facilement remplacés sans qu’il soit nécessaire de changer tout l’engrenage. De plus, la liaison fer-bois diminue le bruit et dispense de lubrification.

Minoterie

Les alluchons sont généralement taillés dans du poirier, bois très dur. Nous sommes en Normandie où les plantations de poiriers étaient nombreuses. Bois, fruits, poiré pour étancher la soif, l’exploitation de ces fruitiers était optimisée.

 

Le progrès aidant, un générateur récupéré sur un avion abattu par la DCA allemande, a permis l’électrification d’où ce magnifique tableau.Minoterie

Minoterie

 

La description de cette minoterie ne serait pas complète si on ne parlait pas de l’implantation d’une scierie dont la lame circulaire est ,elle aussi, actionnée par la force hydraulique.


En aval de la scierie, le bief est aménagé en bassin où était déposés les troncs en attente de débitage. Ainsi, avant de regagner le cours naturel de la rivière, l’eau aura participé à l’alimentation des hommes et des bêtes , elle aura produit de l’électricité et permis le débitage des troncs d’arbres, tout çà de la manière la plus naturelle qui soit.

 

L’essor des minoteries industrielles, conjugué avec la baisse de la consommation de céréales (notamment du pain) a impliqué une surproduction structurelle à la fin de la première guerre mondiale. Les décrets lois de 1935 instaurèrent, d’une part, un plafond de production par moulin, (le contingent) ainsi que l’interdiction de création de nouveaux moulins. Un moulin démuni de contingent n’a pas le droit de produire de la farine à destination « humaine ». Depuis 1953 le « droit de mouture » peut être partiellement ou totalement cédé ce qui a favorisé la création de « grandes » minoteries.
 

Il semblerait qu’il y aurait un renouveau d’intérêt pour des farines provenant des meules en pierres. Elles posséderaient des richesses nutritionnelles supérieures aux moutures des grains écrasés à l’aide de cylindres. Souvent associées à une culture bio, ces farines mettent en avant des arguments de vente non négligeables.
Voila achevé le tour de cette minoterie*, témoignage assez exceptionnel par son état de conservation. Décorée de toiles d’araignées et de poussières, il s’y dégage une ambiance particulière bien différente des musées aseptisés. Je ne donnerai pas d’indication concernant son emplacement dans le but de respecter la tranquillité de son aimable propriétaire.
*Minoterie ou meunerie, les deux mots sont synonymes, je n’ai pas trouvé ce qui pourrait les différencier.

 

Carrière de Picardie Tome 2

 

Une fois l’effet de surprise passé, l’immensité de ces carrières pourraient rendre la visite un peu monotone. Nos lampes n’offrent qu’une vision partielle de l’environnement mais, aux hasards de notre parcours, nos petites bulles de lumière nous permettent de découvrir des traces d’activités qui s’y sont déroulées au cours des différentes occupations.

 

 Au début du 19eme, le hasard fit que l’on découvrit que le milieu souterrain était propice au développement de l’agaric. Tout naturellement, les anciennes carrières souterraines furent ainsi réutilisées comme champignonnières. Les premières exploitations sont implantées dans les catacombes de Paris et de sa périphérie. Ainsi naissait l’appellation de champignon de Paris pour l’agaric.Tout est fort bien expliqué ici.

champignonniere1
Dans notre carrière, des milliers de sacs, succédant à la traditionnelle culture en meules,  recouvrent le sol des galeries. Ce type de culture s’est développé à partir de 1970.

champi02 copie

 

On peut croiser d’autres vestiges de cette activité:
Un râtelier à fourches.

champi23 copie
Des restes de paniers en bouleau au pied d’un tableau électrique.

champi24 copie
Une broyeuse de calcaire pour le gobetage:

champi15 copie
La même chose mais mobile.
champi16 copie

 

Quelques piliers ont servi de support dees dessins dûs aux différents occupants qui investirent les lieux au fil du temps. Carriers, soldats, champignonnistes. difficile d’en deviner les auteurs, mais on peut noter l’usage fréquent de la pipe.

champi25
champi26
champi29

 

Il est fréquent de trouver d’autres petits tableaux, utilitaires cette fois, creusés dans la pierre. Certains ont conservé quelques inscriptions.

champi27

 

Dans les parties anciennes, on peut découvrir des encoches où étaient fichées des supports de lampes à huiles comme en témoignent les traces de fumée. Il est difficile d’imaginer la pénombre pour ne pas dire l’obscurité qui devait régner dans ces chantiers.

IMG_4395Aisnesx - Copie

 

Ah bah maintenant, elle va marcher beaucoup moins bien forcément !

IMG_4437Aisnesx - Copie

 

Dans ce secteur, la visite prend une autre dimension. Une autre histoire nous est contée et c’est dans une ambiance moins légère que nous arpentons les lieux.

Ces carrières (ou creutes) ont été utilisées pendant la Grande Guerre par les différentes armées. Voici un impressionnant bas-relief sculpté par un soldat du Feld Artillerie Regiment n° 19.

champi03
Nostalgie de la vallée du Rhin ?

champi04
Un ami fureteur a retrouvé cette fantastique photo de soldats posant au même endroit.

Capture

 

A partir de cet endroit, une galerie étroite menait à des postes d’observation pour l’artillerie. (Le puits Strelitz.) Le sol porte encore les empreintes d’une petite voie ferrée.

champi05
champi07
Un fil de fer, chargé de supporter l’éclairage, court le long de la galerie.

champi08
Un éboulement rend la suite impraticable ! Au premier plan, un piquet de barbelé, dernière sentinelle, nous évoque l’intensité des combats qui se déroulèrent pour la possession de ces cavités. Non sans émotions, nous rebroussons chemin.

champi11
Pas de doute, l’endroit a été fréquenté par des artilleurs !

champi18

 

Nous verrons dans un prochain article de nombreux exemples de traces laissées par les « Poilus ».

 

Carrière de Picardie

 

Silence ! On tourne! Ce n’est pas du cinéma mais bien la réalité!
Silence car, dans ces carrières, aucun son ne fait vibrer nos tympans. Certes, le monde souterrain est souvent calme, mais il est rare de ne point y percevoir une musique en provenance d’un petit écoulement d’eau. Ici, rien, pas de réverbération ni d’écho malgré la taille des vides. Le bruit des pas est étouffé par l’épaisse couche poudreuse qui recouvre le sol. Et on tourne, on contourne, on retourne, chaque pilier cache un nouvel enchaînement de galeries interminables.
Cette cavité est un vrai labyrinthe où l’on a vite fait de perdre le fil de l’orientation si l’on y prend garde.

carrière souterraine (11)

 

La pierre exploitée est un  calcaire luthérien vieux d’environ 40 millions d’années. Une de ses strates possède la particularité de contenir de nombreuses empreintes de cérithes (Campanile giganteum) dont certaines dépassent les quarante cm. Cette strate étant de piètre qualité, l’extraction des pierres de taille s’arrête à ce niveau ce qui nous laisse un ciel (plafond) décoré d’empreintes de coquillages.

cerithe

 

Voici une chambre d’exploitation caractéristique avec son front de taille latéral en dents de scie.

champi28

 

L’exploitation de cette pierre à bâtir est très ancienne et a, semble-t-il, connu une forte intensification au cours du XIXème.
Les blocs extraits avaient une taille respectable : (en gros) 1.60m.X 0.80m.X 0.80m et la technique d’extraction employée est semblable à celle utilisée dans les carrières de craie, bien que la taille des blocs extraits demande des méthodes adaptées.
D’après les fameux carriers Grosso et Modo, le défruitage du bloc commençait par une entaille horizontale dans laquelle on insérait des cales. Ensuite , du bas vers le haut, étaient pratiquées les saignées verticales (essimures) et pour finir, une autre saignée horizontale en haut finissait de délimiter le bloc à extraire. A ce moment, celui-ci n’est plus solidaire de la masse que par le fond. Des rouleaux (roules) de diamètres dégressifs sont placés dans l’entaille du bas. Des coins sont enfoncés dans l’entaille supérieure pour forcer le bloc à se détacher de la masse. Il n’y a plus qu’à tirer et, en partie soutenu par une béquille, le bloc bascule sur un lit de remblai fin (cran) destiné à amortir sa chute.

carrière souterraine (4)

 

Jusqu’à la fin du XIXème, les saignées étaient pratiquées au pic et à la barre à mine (aiguille). A cette époque, l’usage de la lance se répandit, permettant des découpes de blocs plus importants. C’est une grande barre à mine pouvant atteindre les 5 mètres de long. Elle est suspendue à un portique à l’aide d’une chaîne qui permet un mouvement oscillant.

>carrière souterraine (3)

 

Voici quelques stigmates laissés par différents outils :le pic avec ses traces obliques et légèrement incurvées:

carrière souterraine (50)
Lances ou aiguilles, quant à elles, laissent des traces horizontales et globalement parallèles.

carrière souterraine (49)

 

Sur certains blocs laissés sur place, les faces présentent de belles stries laissées vraisemblablement par une scie crocodile ?

carrière souterraine (21)

 

L’usage du pic a perduré jusqu’au XXème suivant les carrières. S’il a été remplacé par la lance, les deux techniques ont pu cohabiter. De toute façon, sans être spécialiste, c’est difficile d’interpréter les fronts de taille car, manifestement ils ont été repris à différentes époques, soit en sur-creusement ou sous-creusement, voir en rognant des piliers .
On peut voir ici que le niveau bas a été exploité au pic alors que le niveau supérieur porte les stries horizontales laissées par les aiguilles (ou lances?). Il est probable que les encoches (flèches rouges) étaient destinées à recevoir le montant horizontal du portique supportant la barre à mine. On notera également les traces de lampes à acétylène au plafond. Celles-ci indiquent une reprise d’exploitation à partir du début du XXème.

carrière souterraine (1)
Sur cette galerie , on peut voir que l’exploitation au-dessus du trait vert a été reprise à la lance en surcreusement. (Stigmates réguliers et parallèles.) Sur le ciel, on peut également constater 2 modes d’extraction. A gauche, les blocs ont été forcés au coin, tandis qu’à droite, le ciel porte les traces de découpe à la lance.

cerithe18

 

Ces blocs de faible épaisseur laissés de côté nous interloquent. Ils présentent une face inégale manifestement due à l’extraction du ciel de la carrière à l’aide de coins. La manutention de la lance nécessitant un certain dégagement, il est possible que ces blocs pourraient donc avoir été « sacrifiés »afin d’obtenir une belle taille à la lance pour les blocs extraits en dessous. Ce n’est que supposition très hasardeuse de ma part.

carrière souterraine (25)

 

Bref, plutôt que de raconter billevesée et coquecigrues, contentons nous de visiter ces lieux on ne peut plus dépaysants.
Après la fin de l’exploitation, les champignonnistes ont occupé l’espace et débarrassèrent les travées des rebuts de taille. Les piliers tournés forment les colonnes d’un temple insolite digne de Dédale. Il est amusant de constater que de nombreuses pierres extraites ont servi à l’édification de monuments prestigieux et que les vides occasionnés ont fini par engendrer des volumes tout autant spectaculaires et majestueux !

carrière souterraine (29)

 

Le plafond porte les traces des contours des blocs.

carrière souterraine (9)

 

Ça et là, des blocs attendent, attendent, attendent…

carrière souterraine (24)carrière souterraine (20)

 

C’est bien beau tout ça, mais on a passé l’age de jouer au Minotaure ! C’est où la sortie, par ici ?

carrière souterraine (31)Ou par là ?

carrière souterraine (33)Silence ! On tourne!

carrière souterraine (30)
A suivre…