Hangar à dirigeables d’Écausseville

 

Une bien curieuse structure domine les haies du bocage normand.

On devine assez rapidement que cet imposant édifice a été érigé à des fins militaires, la région en est truffée, mais la surprise vient du fait que l’édifice a été construit en…1918. Nous sommes bien éloignés des champs de batailles de la Grande Guerre symbolisés par les tranchées, cependant, nous trouvons ici un rappel que la Grande Faucheuse a exercé sa redoutable moisson également dans le domaine maritime.
A partir de 1917 l’Allemagne intensifie les attaques sous-marines contre les convois important notamment du charbon, les principales mines françaises du Nord étant sous le joug des Allemands.

 

Pour contrer cette guerre sous-marine, l’Amirauté française installe plusieurs bases de ballons dirigeables.


Dès 1916, protégé des vents d’Ouest, le site d’Ecausseville est choisi pour l’implantation d’une de ces bases. Un premier hangar en bois est construit. Long de 120 mètres, il accueille les dirigeables livrés par les Anglais ainsi que les Zodiac commandés par la marine française. La taille de ce hangar nécessite de finir l’appareillage du dirigeable à l’extérieur du bâtiment où deux paravents latéraux sont chargés de soustraire le dirigeable des caprices du vent. (Ce premier hangar, endommagé par une tempête en 1931, a été détruit en 1933.)
La marine fait preuve d’innovation en commandant l’édification d’un second ouvrage en béton armé cette fois. Pour l’époque, la construction d’un tel ouvrage entièrement en béton est audacieuse et mérite que l’on s’y attarde d’autant qu’il est l’unique survivant des douze bases conçues par l’Amirauté pendant la première guerre mondiale. L’utilisation du béton est toute récente, en effet ce hangar est seulement le troisième édifice d’importance construit à cette époque. Sa conception servira de modèle pour les Cours de béton armé de l’Ecole Spéciale des Travaux Publics.
La construction est confiée à Henri Lossier, architecte suisse. Le défi est de taille, en effet, le volume nécessaire pour abriter un dirigeable est impressionnant. Le bâtiment, long de 150 mètres, possède une hauteur de 30 mètres et bien entendu, l’espace intérieur doit être complètement dégagé pour accueillir les mastodontes. Pour répartir au mieux les différentes contraintes, Lossier choisit d’ériger une voûte dont le profil est semblable à la parabole matérialisée par une chaîne suspendue à deux points d’attache horizontaux.


La taille des personnages donne une idée des proportions de l’édifice.

 

L’édifice est formé de trois modules de 9 fermes. Ces modules sont reliés par des joints de dilatation de deux cm. Du fait de leurs dimensions, les fermes, espacées de 6.25 mètres, ont été coffrées et coulées à demeure contrairement aux pannes qui furent moulées à terre.


Exemple de coffrage:

 

La voûte possède trois rotules d’articulation chargées d’absorber les éventuelles déformations dues à la pression du vent souvent taquin en Normandie.

 

La structure est recouverte par des tuiles elles aussi en béton.


 

Le pignon non amovible fermant une extrémité du hangar, par sa surface, offre une grande prise au vent. Il est complètement indépendant de la structure afin de ne pas transmettre des déformations à cette dernière. On perçoit le jour entre le pignon et le berceau de la voûte. L’assise est maintenue, par une structure extérieure de poutres en béton. Toutes ces mesures se sont révélées efficaces puisque le hangar a essuyé jusqu’à maintenant toutes les tempêtes sans faillir.

 

La porte amovible était elle aussi complètement indépendante de la structure. Elle était formée de deux vantaux coulissants sur rails. Pour assurer la stabilité du panneau, ce dernier était muni d’un contrepoids en béton de 30 tonnes posé sur un bogie. L’ensemble vantail/contrepoids, coulisse sur des rails.


Maquettes exposées au musée AEROBASE :

 

Construit à des fins militaires, ce défi architectural n’a paradoxalement jamais participé au conflit puisqu’il n’a été opérationnel qu’en 1919. Pendant l’entre-deux guerres, l’armée abandonne l’usage des dirigeables en 1936. On sait peu de choses concernant la période de l’occupation allemande si ce n’est le fait qu’une tornade du 14 Novembre 1940 a eu raison des portes coulissantes à la suite d’une mauvaise manœuvre. La fonction d’accueil de dirigeables étant devenue obsolète, le pignon a été fermé par un mur de parpaings.


Le hangar servit ensuite d’entrepôt pour l’armée américaine. Les murs témoignent encore de ces différentes occupations.

 

De 1946 à 1994, l’armée utilise le bâtiment comme lieu de stockage pour différents matériels.
De 1967 à 1969, il retrouve une fonction militaire avec la mise au point des ballons destinés aux essais des premières bombes H françaises. Pour bénéficier d’une hauteur supplémentaire, une fosse est aménagée.


Quelques guérites attestent de la sécurisation du site.

 

En 2003 le bâtiment est classé monument historique. En 2008 la communauté de communes achète le hangar et confie l’entretien et l’animation à l’Association Les Amis du Hangar à Dirigeables d’Ecausseville, charges dont elle se tire avec brio malgré l’ampleur de la tâche.
Vous pourrez vous envoyer en l’air et vous sentir léger. Un petit musée où figurent de belles maquettes complète la visite.

 

Vous pourrez compléter votre soif de savoir en consultant le site très complet de l’association, c’est là que j’ai puisé tous les renseignements. Il suffit de cliquer sur la bannière !

Une réflexion au sujet de « Hangar à dirigeables d’Écausseville »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.