Soufflantes à Decazeville

En 1826, dans une petite vallée de l’Aveyron commençait une aventure qui allait aboutir à un grand centre sidérurgique . Très succinctement, voici en guise de préambule un petit résumé de l’épopée:
Au début du XIXè siècle, la fonte du minerai de fer se fait à l’aide de charbon de bois. Les Anglais, confrontés à une grande pénurie de bois, commencèrent à utiliser le charbon de terre en épurant celui-ci par grillage. (Coke). Profitant des innovations anglaises, le duc Decazes, épaulé par l’ingénieur Cabrol, a mis à profit la proximité des mines de fer et de charbon du bassin Nord Aveyronnais. Il implante des hauts fourneaux, forges etc. L’essor de ce complexe sidérurgique fut à l’origine de la création d’une ville qui fut baptisée … Decazeville. Un siècle plus tard, la ville comportait 15000 habitants.
Les deux conflits mondiaux ont permis de maintenir l’activité marquée par des conflits sociaux violents. A partir des années 1950 le déclin définitif commence.

decazeville

 

1987, la dernière coulée de fonte était produite . Avec l’arrêt des fumées, du bruit et de la fureur des ouvriers, la vallée du Lot retrouve un calme amer au prix d’une diminution régulière de la population. (6000 habitants au dernier recensement).

 

Que reste-t-il de l’héritage de cette épopée sidérurgique ? Rien !
Une comparaison aérienne entre 1947 et aujourd’hui montre que l’on a fait table rase du passé industriel.

1947IGN2014IGNAllez, vous vous doutez bien que Baguenaudes vous a déniché quelque chose. Regardez bien en bas à droite, dans le cercle rouge, un bâtiment est toujours debout.

 

soufflantes (2)Ce bâtiment en triste état et fortement menacé par l’aménagement du site semble bien anodin, pourtant, il contient un témoignage de l’aventure industrielle de Decazeville. A l’intérieur, on peut découvrir les derniers exemplaires en Europe de soufflantes Corliss.
Késako ?
En gros, les soufflantes étaient des machines chargées de pulser de l’air pour activer la combustion dans les hauts-fourneaux. Des bouffadous en quelque sorte comme on dit avec l’accent régional.
Mues par une machine à vapeur, les soufflantes compriment l’air, un peu comme une pompe à vélo, pour l’envoyer dans de gros réservoirs. A l’intérieur de ces derniers (Cowpers), l’air est chauffé grâce à l’apport des gaz de combustion des hauts fourneaux (CO). Cet air chaud est injecté ensuite dans le haut fourneau pour attiser la combustion.

cowpers

 

Bien entendu, c’est beaucoup plus complexe que cela et je n’ai pas les compétences pour vous détailler le processus.
Gardons notre souffle et revenons… à nos soufflantes.
Si dans l’industrie, on connait une évolution vers le mini, le micro, et maintenant le nano, au début XXe siècle, les machines affichaient leurs puissances avec ostentation. Ici, souffler n’est pas jouer !

soufflantes (30)
Le personnage n’est pas là pour faire le charlot mais pour donner une idée des dimensions de ces volants d’inertie.
Cela ne vous rappelle rien ?

f_172

 

Voici donc quelques vues de ces anciens « temps modernes ». Bien qu’il ait rendu son dernier souffle, cet assemblage de bielles et pistons énormes dégage avec leurs habillages de rouille un esthétisme digne de sculptures modernes. Ne mérite-t-il pas de passer de statut de déchet industriel à celui de monument témoin?

soufflantes (25)

soufflantes (23)

soufflantes (33)

soufflantes (34)

 

Au cœur du dispositif, la machine à vapeur de type Corliss qui entraîne la bielle du volant d’inertie et les pistons du compresseur.

corliss

Le régulateur qui assure le débit constant de la vapeur.

soufflantes (26)

 

A l’opposé du volant, se trouve le compresseur.

soufflantes (29)

Admission d’air pour le compresseur ?

soufflantes (6)

Chose étonnante, vous pourrez constater que ce bâtiment industriel était dallé d’un joli carrelage.

carrelage

 

Quelques détails pris au hasard.

soufflantes (5)

soufflantes (14)

Ci-dessous, les biellettes du tiroir d’admission ?

soufflantes (15)

13

soufflantes (16)

 

En 1912, le dispositif est renforcé par l’apport d’une turbo soufflante Sauter-Harlé d’une capacité supérieure aux deux Corliss. Ces dernières resteront néanmoins actives pour parer à une éventuelle panne de la turbo soufflante. Il est impératif que le cycle de fonctionnement du haut fourneau ne soit jamais interrompu sous peine de détériorations très importantes.

harle

 

Après l’examen du cœur, des poumons et des membres de cette belle machine, passons au sous-sol pour découvrir les entrailles. Elles sont parcourues de tuyaux et conduites qui distribuent les fluides. (eau, vapeur, air)

Meuse

soufflantes (8)

soufflantes (9)

soufflantes (10)
A partir de 1939, il ne reste qu’un haut fourneau en activité et nos belles soufflantes de type Corliss ne sont plus utilisées qu’en dépannage.

 

Un plan très succinct pour tenter d’expliquer le principe.Plan1

Steam_engine_in_action Illustration Wikipédia

 

Association de Sauvegarde du Patrimoine Industriel du Bassin de Decazeville se bat pour que le bâtiment soit conservé et rénové, mais l’ avenir n’est pas encore assuré, la ville ne donnant pas l’impression de revendiquer et mettre en valeur son passé industriel. Heureusement un chevalement  a été sauvé par l’ASPIBD, pourvu qu’il en soit de même pour ces soufflantes exceptionnelles.

Puits_Decazeville

ASPIBD

 

14 réflexions au sujet de « Soufflantes à Decazeville »

    • J’avoue, sur certaines, j’ai quelque peu exacerbé la saturation mais c’est pour les mettre en valeur (avec tendresse) 🙂

  1. Merci beaucoup pour la information et les belles photo’s. Après ma visite a Decazeville la histoire de l’usine m’avait intrigué. La usine et l’interieur merite la conservation et restauration!

  2. Superbes photos et explications très claires, même si leur fonctionnement reste complexe.
    La zone du centre va être réhabilitée mais pour les soufflantes, c’est en stand by.
    J’habite pas loin et passe tous les jours devant en me disant qu’un jour j’en ferai bien quelque chose, une salle de concert et de musiques actuelles, un café concert…Ce lieu est encore plein de vie.
    D’ailleurs, « Les Temps Modernes », ça collerait plutôt bien.

  3. Effectivement,c’est un très beau reportage,
    C’est un lieu magique,un voyage dans le temps, et pour combien de temps encore épargné par la rapacité des ferrailleurs mais qui nous fait hélas réaliser qu’en France nous ne serons pas capables de sauvegarder d’aussi belles installations ainsi que savent le faire les Britanniques,qui ont,chez eux une grande quantité d’anciennes usines similaires avec leurs machines,le tout,parfaitement conservé,restauré, qui fonctionne, et qui attirent de nombreux touristes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *