Les premiers soleils

 

Dreli-drelin, dans les sous bois, les clochettes tintinnabulent à tout-va pour fêter l’événement: le soleil existe bien, il est revenu !

videl3

Attention, elles peuvent également sonner le glas ! En effet, cette fleur ne manque pas de paradoxe puisque, porteur d’une espérance de bonheur, elle est également un poison violent qui peut être létal.

Donc, on ne boit pas l’eau du vase !
Cette toxicité ne semble pas affecter ce balanin dont les larves à l’automne gâcheront notre plaisir en perçant des petits trous dans les noisettes..

balanin des noisettes

 

Cela fait déjà un mois que les premières floraisons de pulmonaires sont visitées par l’inévitable bombyle et l’abeille charpentière. Cette dernière, solitaire au frac noir à reflets bleu, doit son nom au fait qu’elle fore des galeries dans le bois pour y déposer ses œufs.

IMG_1250Pouillon

IMG_1094Pouillon

 

Le soleil met bien en valeur les reflets des élytres de ce carabe. Attention aux projections d’acide butyrique qui peuvent irriter les yeux.

méloé

Méloé2

 

Pas grand chose à raconter à propos des néphrotones, Laissons ces diptères à leurs ébats romantiques. Malgré la position kamasutresque, ceux-ci peuvent se dérouler en plein vol. Oserais-je écrire qu’ils s’envoient en l’air ? Hélas oui !
Passons… On reconnait la femelle en haut grâce à sa tarière de ponte.

néphrotomenéphrotone2Pouillon

 

Au ras du sol aussi, les premières chaleurs profitent à nos petits reptiles qui pointent le nez qu’ils n’ont pas.

vipere

Ici, c’est un joli orvet de taille respectable qui se faufile dans les feuilles mortes. Ses 50 cm me l’ont fait confondre avec une couleuvre. (Merci Christian).

couleuvre
IMG_1274Pouillon

S’il nous tire la langue, ce n’est pas par incivilité ni pour vous effrayer, mais pour humer « l’air du temps ».
Ces messages chimiques captés par la langue sont ensuite analysés par un organe bien spécial que possèdent les serpents : l’organe de Jacobson.
Situé entre le cerveau et la cavité buccale, il reçoit le message sous forme de phéromones, le traduit et l’envoie au cerveau qui va déterminer s’il s’agit d’une proie ou non. (linternaute).

couleuvre2

 

C’est bien joli tout ça, mais moi aussi j’ai envie de lézarder au soleil aussi je vais refermer ce mini album photo par un gros lézard vert … qui n’est pas franchement vert…

LezardLezard2
… puisqu’on est en présence d’un lézard ocellé. C’est le plus grand lézard d’Europe qui peut facilement dépasser les 50 cm. (Merci Cédric).

11 réflexions au sujet de « Les premiers soleils »

  1. Bonjour. Le lézard qui n’est pas franchement vert, est en fait un lézard ocellé (ceci explique cela…). Il a la particularité d’être gros (en effet) et d’avoir des points bleu sur le corps. Merci pour ces photographies!

  2. Hello gadjo
    la photo de la couleuvre n’est pas une couleuvre mais un Anguis fragilis(Orvet fragile)
    la première photo du serpent est une vipère aspic ou une vipère bérus.
    A+
    cricri

  3. <>

    Hmmmmm… Pour moi le premier serpent est une couleuvre vipérine
    On la confond facilement avec une vipère, mais elle est plus fine et plus longue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *