Ghostbuster

 

C’est en lisant la presse locale que j’ai eu vent de ce lieu où plane une aura mystérieuse. En effet, les ruines de ce château sont qualifiées du château le plus hanté de Normandie voire de France ! Rien que ça !
Les amateurs, bardés d’appareils censés enregistrer la présence d’ectoplasmes, ne manquent pas de visiter les lieux à la recherche d’éléments tangibles. Les comptes-rendus que l’on peut visualiser sur la toile sont…
Je vous laisse chercher un peu, vous trouverez facilement en quelques clics les quand, comment et surtout les où, hou hou qui font la renommée de ce château. Ce dernier a été construit en 1830 et les manifestations inexpliquées se sont produites à partir de 1875. L’affaire a pris de l’ampleur au point que Camille Flammarion en parle dans son ouvrage : Les maisons hantées.
Je vous suggère de consulter une description précise des différentes manifestations observées en 1893. Ces faits sont relatés par le docteur en droit M.G. Morice. Ca vaut son pesant de cacahuètes.


 

 

Ce château, habité jusque en 1984, a été détruit par un incendie. Cela n’a pas fait fuir les ectoplasmes le soir venu, aux dires de ce qui se murmure dans les haies du bocage.


Vous avez lu les phénomènes ? Ca ne rigole pas ! C’est donc en serrant les fesses que je suis allé faire quelques photos.

 

Bon, d’accord, je n’y suis pas allé à la nuit tombée et je dois dire que les lieux ne sont pas bien effrayants. Je n’ai pas été accueilli par des hou hou mais par les croâ croâ de la nombreuse colonie de choucas qui… hantent les ruines.

 

Première constatation, par grands vents les volets doivent claquer des dents.


Deuxième constatation, la porte d’entrée ne semble pas un obstacle infranchissable malgré le nœud coulant qui oscille devant.

 

Troisième constatation, la visite des lieux sera rapide. En effet, il ne reste que les murs. Des trois paliers il ne reste rien, la porte d’entrée donne dans le vide. Pas d’alcôves secrètes ni de couloirs tortueux. Plus de portes dérobées à faire claquer, de marches à faire grincer et encore moins de vaisselles à projeter sur les murs. Les ectoplasmes doivent s’ennuyer ferme. Je pense qu’ils doivent se défouler sur les imprudents visiteurs du soir.

 

Pour pénétrer dans les lieux, il faut contourner la bâtisse.

 

Quelques montants en bois témoignent que plusieurs pièces ont été épargnées par les flammes. C’est assez paradoxal quand on constate l’état de délabrement des lieux.


L’alcôve où se situait un poêle.

 

Nos pauvres fantômes doivent passer beaucoup de temps à ravauder leurs draps tant les ronces et broussailles protègent les lieux de manière agressive. Bon, c’est vrai qu’ils ont l’éternité devant eux!

 

A visiter ainsi l’ambiance n’est vraiment pas angoissante, pas de mouvements suspects ni de gémissements mais la nuit, cela doit être autre chose !
Les faits ont débuté il y a 150 ans et la municipalité organise des soirées sons et lumières qui doivent engendrer quelques frissons.


Alors, fantômes, ou pas fantôme ? Il ne vous reste plus qu’à aller vérifier… un jour de pleine lune de préférence.
Sachez que le physicien Anglais Brian Cox, grâce aux expériences menées avec Le Grand Collisionneur de Hadrons du CERN est catégorique: pas de fantôme. Il s’appuie sur la deuxième loi de la thermodynamique.
Bon, c’est rassurant de savoir que les scientifiques s’occupent de choses sérieuses !
La preuve: hand-cursor

 

7 réflexions au sujet de « Ghostbuster »

  1. Heu! le nœud coulant et bien il est mal fait hi! hi! . Depuis que j’ai regardé ton reportage et bien maintenant j’ai une présence derrière moi….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.