Visite et curiosités minières. Tome 4

L’approche de cette visite souterraine se déroule dans un paysage somptueux, mais, en bon gaulois, nous craignons que le ciel nous tombe sur la tête.

 

Qu’importe, bravons les éléments pour aller nous abriter sous terre. Après nous être mouillé la tête, ce sont les pieds (et le reste) ! Le plaisir de vous montrer quelques aspects de ces lieux inhabituels oblige parfois à faire preuve d’un peu d’abnégation.

 

Cette eau est certes un peu froide, mais, nous lui pardonnons quand elle offre la formation de jolies perles qui agrémentent le sol des galeries.

 

Une fois séchés, nous continuons notre progression par une galerie finissant sur un front de taille. La présence d’un échafaudage de madriers nous étonne. Après un grattage occipital, nous concluons que nous sommes en présence d’une sorte d’estrade destinée à la foration des trous de mine. Amm se trouve situé à la bonne hauteur.

 

L’exploration demande parfois de faire appel à des techniques de manœuvres de cordes un peu sportives.

 

Ces acrobaties arachnéennes permettent d’atteindre des lieux improbables comme cette imposante fissure pratiquement verticale.Elle n’a rien de naturel, c’est une chambre d’exploitation où tout le minerai a été défruité. Les pièces de bois coincées entre les épontes servent à les maintenir. Localement, on parle de « bon dieu ». Elles servent d’alerte concernant la tenue des parois. Si le bois gémit ou casse, c’est que la pression encaissante fait se rapprocher les parois et inversement si les « bons dieux » tombent, c’est que le vide s’élargit. Dans un cas comme dans l’autre, ça craint ! Bon, ici ça n’a pas bougé depuis une cinquantaine d’année et cette forêt aux troncs horizontaux est magnifique.

Détail peu visible mais intéressant, des encoches sur les parois destinées à recevoir un plancher. Ces séries de boulins sont espacées verticalement d’environ 1,50 mètre. Le filon de cette chambre a donc été exploité en progressant du bas vers le haut.

 

La visite continue par un plan fortement incliné pourvu de deux voies ferrées parallèles mais d’écartements différents.

 

Nous sommes en présence d’une « balance » qui permet la liaison entre deux travers-bancs situés à des niveaux différents.Le principe est simple et ingénieux puisqu’il ne fait appel qu’à la gravité. Un chariot asymétrique pour compenser la pente supporte la berline pleine. Un treuil à 2 poulies relie à l’aide de 2 câbles le « chariot-berline » à un autre chariot faisant office de contrepoids. Le couple « chariot-berline pleine » étant plus lourd que le contrepoids, l’ensemble descend. En bas, on enlève la berline pleine. A ce moment, le contrepoids, plus lourd que le chariot seul, entraîne celui-ci vers le haut.

Ne pas tenir compte des proportions.

 

Le système est réversible. Pour remonter des berlines vides il suffit de jouer sur le lest du contrepoids. Nul besoin de source d’énergie, la gravité fait tout le travail!.En haut, le treuil à double poulies est bien entendu munie d’un frein actionné à la main. Remarquez la position inversée des câbles dans les réas..

 

Le châssis du chariot porteur est de forme triangulaire pour transporter la berline horizontalement malgré la déclivité.

 

Nous voyons ici la partie haute des rails servant à guider le chariot et le contrepoids. On distingue une poulie de renvoie du câble côté contrepoids et l’attelage du chariot porteur. Notez la différence de largeur des voies ferrées due au fait que le chariot porteur véhicule la berline perpendiculairement à la descenderie.

 

Le bas du pan incliné étant quelque peu effondré aussi je n’ai pas pu observer la fosse de réception du contrepoids. Il reste néanmoins une berline qui attend patiemment qu’on veuille bien s’occuper d’elle.

 

Toujours plus loin nous tombons sur une autre balance remarquable.Ce gros tube d’environ 2 mètres de haut est un réservoir qui servait de contrepoids dans un puits vertical de 60 mètres de haut.Le principe est le même : le chariot- berline pleine est en bas, le réservoir vide en haut. On remplit d’eau (qui ne manque pas) le réservoir et le chariot berline monte. Au sommet, on remplace la berline pleine par une vide et en bas, on vide le réservoir. Zou ! le chariot  redescend pour aller quérir la berline pleine suivante.

 

Je n’ai hélas pas fait de photo de la poulie car la remontée du puits sur corde est plutôt sportive. Je remercie  donc le S.C.S.P. d’Alès pour ces vues de l’impressionant treuil.

 

Après avoir pris une bonne suée avec ces manœuvres de corde, nous partons nous rafraichir vers la sortie.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *