La colonie agricole et pénitentiaire du Luc. (Bâtiments.)

Génèse.

Quand on passe devant l’édifice du Luc Haut, rien ne laisse soupçonner ce à quoi il était destiné.

colonie agricole et penitentiaire du luc

Pourtant, si la curiosité vous fait lever la tête, vous trouverez  une ancienne fenêtre  encore munie de barreaux, symbole d’un univers carcéral.

colonie agricole et penitentiaire du luc

Nous allons passer en revue ces locaux pour tenter de rattacher le présent au passé de la colonie.

Comparaison entre deux photos aériennes prises en 1948 et 2010. L’école a disparu et un hangar a été construit à l’emplacement du portique érigé pour la culture physique.

colonie agricole et penitentiaire du luc

 

Sur la façade donnant sur la route, on constate que la toiture n’est pas d’origine. Un étage a disparu. En 1937 une épaisse couche de neige est venue à bout des toits mal entretenus.

colonie agricole et penitentiaire du luc

 

Un siècle est passé, mais il reste une ambiance prenante quand on pénètre dans la cour intérieure. Il règne entre ces murs un grand silence et il est difficile d’imaginer que en moyenne, 200 enfants séjournaient entre ces murs, faisant raisonner ceux-ci du martèlement de leurs sabots.
Dans les années 1990, Mr Marquès a vendu la caserne et ses dépendances. Le groupe de bâtiments actuel est maintenant morcelé en différents appartements plus ou moins réaménagés sans que cela ait trop modifié l’agencement originel de la cour intérieure. Les fenêtres des parties non rénovées sont obturées. Le troisième étage, fortement dégradé, est menacé de ruine. L’absence de cheminée pour un climat si rude indique des conditions de vie spartiates.  Seules l’école, l’infirmerie et la cuisine possédaient un moyen de chauffage pour affronter un hiver sans pitié. Un rapport d’inspection de 1893 mentionne que la plupart des malades souffraient d’affections des voies respiratoires.

colonie agricole et penitentiaire du luc

 

Au centre de la cour d’honneur se trouve une des six citernes qui approvisionnaient la colonie en eau. Si l’on excepte la période de 1865 à 1870, la colonie est tenue dans un état sanitaire irréprochable. (G. Lacotte). Un médecin se rendait sur place deux fois par semaine (en principe). Les colons avaient droit à deux bains chauds . . . par an, ablutions complétées à l’aide d’une rivière et des lavognes  pendant la saison chaude.

Une chapelle (XVIIIe) quant à elle, se chargeait de laver l’âme des colons. A partir de 1886, suite au courant anticlérical, l’instruction religieuse est supprimée, ne subsiste que la messe dominicale.

colonie agricole et penitentiaire du luc

 

Une fois la colonie fermée, l’entretien des bâtisses devenant trop onéreux, une partie des bâtiments fut abattue par Mr Marquès alors maire de Campestre.
A gauche de la chapelle, séparée de la cour d’honneur par une petite grille, se trouvaient les bâtiments réservés à la direction et au personnel encadrant.
La partie droite avec les chiens assis a été volontairement détruite tandis que la partie gauche est devenue un gîte d’étape.

colonie agricole et penitentiaire du luc

 

Nous sommes sur l’emplacement de la cour des petits. L’ancienne école a disparu. Elle se situait devant ce bâtiment (vraisemblablement le réfectoire et les cuisines où deux fenêtres ont conservé leurs barreaux.) Pendant la première période, seuls 40 % des détenus profitent de l’enseignement avec plus ou moins de succès. Parallèlement à de l’instruction militaire, des cours de musique sont donnés et Le Luc possède son orphéon. Des défilés animent les fêtes villageoises environnantes. A partir du changement de statut en 1904, tous les élèves doivent recevoir l’éducation primaire jusqu’au certificat d’étude.

colonie agricole et penitentiaire du luc

A gauche de la descente de gouttière, les murs portent les traces d’un escalier menant à la porte désormais condamnée du dortoir des petits. Le rez-de-chaussée abritait un grand réfectoire réfectoire.

colonie agricole et penitentiaire du luc

 

 La majorité des colons était employée aux industries qui se rattachent au milieu agricole. Pour occuper les colons l’hiver, plusieurs ateliers sont créés en 1865. Filets, rotins, cordonnerie apportaient des revenus complémentaires. Les portes des ateliers servant maintenant de remise agricole sont toujours visibles.

colonie agricole et penitentiaire du luc

Sur cette ancienne photo nous pouvons voir, au même endroit, les colons employés à un atelier de vannerie vers 1895. Cette année là, vingt-cinq colons étaient affectés à cette activité.

colonie agricole et penitentiaire du luc

Document G.Lacotte

 

Au premier plan, ce grand mur délimitait la cour des grands. Aujourd’hui, les clameurs des enfants sont remplacées par les aboiements d’un chenil.

A gauche, la façade du bâtiment comporte à l’étage une fenêtre qui donnait  sur l’infirmerie. Le volet en bois ferme un couloir qui desservait les cellules.

colonie agricole et penitentiaire du luc

 

colonie agricole et penitentiaire du luc

Voici la vue latérale du bâtiment avec, au dessus des cellules, l’étage du dortoir des petits et à son extrémité, l’infirmerie.
Les marches en pierres de l’escalier desservant ce niveau sont marquées par l’usure due aux nombreux sabots qui les ont gravies.

colonie agricole et penitentiaire du luc

En dessous, cinq cellules occupent le rez-de-chaussée du bâtiment. Mutineries, vols, fugues et actes immoraux conduisaient à un séjour plus ou moins long dans ces réduits d’isolement. Nombreux furent les enfants qui apprirent à leurs dépens que l’escampette  n’était que poudre aux yeux. Crânes rasés et uniforme voyant étaient facilement repérables dans ces espaces désertiques où la chasse aux fugueurs était une activité lucrative pour les agriculteurs. Malgré cela, pour beaucoup, la tentation de voler quelques instants de liberté était trop forte.

Quatre-vingt ans plus tard, les portes et barreaux sont toujours là, témoins poignants d’une discipline implacable. Par exemple,  un certain Michelot écopera en plusieurs fois de 38 jours d’internement entre avril 1889 et février 1890 pour des causes allant d’insubordination à réplique aux observations de son gardien.

A l’intérieur des cellules, les murs parlent encore. On peut constater qu’après 1904, date à laquelle la colonie pénitentiaire est devenue une école professionnelle pour pupilles, les séjours en cellules ont perduré. Pour découvrir les émouvants témoignages laissés par les gosses, cliquez sur l’image en dessous.

colonie agricole et penitentiaire du luc

 

Un autre édifice placé au carrefour avait une grande importance puisqu’il abritait le moulin, le blutoir et le four. Les meules étaient actionnées à l’aide d’une machine à vapeur. Cette bâtisse, transformée en restaurant, ne garde plus aucun souvenir de ces fonctions.

colonie agricole et penitentiaire du luc

Sa façade opposée ferme un côté de « la cour des vivres » appelée aussi « cour de l’incendie ». Le feu était la hantise au Luc. Plusieurs mises à feu volontaires ont été déclenchées afin de faciliter des évasions.
Dans cette cour on trouve également les vestiges d’une tour moyenâgeuse, unique vestige de l’époque de la puissante famille des Roquefeuil.

colonie agricole et penitentiaire du luc

 

Pour être complet, jetons un oeil sur le Luc Bas situé 500 mètres à l’Est. Cette métairie fut cédée aux Templiers en 1258 et devint propriété des Marquès en 1798. Il est dommage de constater que ces bâtiments à l’architecture typique des Causses soient dans un tel état de délabrement.

colonie agricole et penitentiaire du luc

 

De cette métairie, toujours propriété de Mme Marquès de Luc en 2014, un large chemin nivelé avec soin par les colons se dirige vers le Nord pour desservir 1500 mètres plus loin une fromagerie implantée dans une  grotte dont la situation et la conception sont exceptionnelles seront décrites dans un prochain article. Vous y découvrirez notamment les différents aspects spectaculaires et émouvants de la cavité glaciale au pied de l’aven de St Ferréols.

colonie agricole et penitentiaire du luc

 

9 réflexions au sujet de « La colonie agricole et pénitentiaire du Luc. (Bâtiments.) »

  1. Un très grand merci à l’auteur de ce blog et du thème sur le bagne pour enfants de Luc. J’ai lu, il y a plus de 20 ans le livre de Marie Rouanet et je ne savais pas qu’on pouvait encore voir certains bâtiments. Je ne manquerai pas d’aller faire un tour à Luc dès que possible.
    Merci pour les photos et pour le texte très précis sur cet univers pénitencier.

  2. bonjour

    pouvez vous préciser d’où avez vous connaissance du fait que le feu était la hantise du luc et qu’il aurait facilité des évasions ?

    • Le rapport du sous-préfet du Vigan du 13 aout 1886 relate l’évasion de 37 colons facilitée par un incendie.
      J. Castan. Le jardin
      L’usage du tabac est absolument interdit ainsi que la possession d’allumettes.
      G.Lacotte La colonie pénitentiaire et agricole du Luc
      Blanc Albert 30 jours de cachot pour tentative d’incendie.
      M.Rouanet Les bagnes d’enfants
      Quant à la crainte des incendies, elle était commune à toutes les constructions rurales où étaient stockés les indispensables foins et la pailles.

  3. Merci beaucoup pour ce travail très complet ! Nous venons de découvrir ces lieux à l’occasion d’une promenade. C’est terrible ! Et plus encore parce qu’il n’y a aucune indication du site sur place, même des interdictions. Il est fou de constater qu’aucun travail de mémoire n’est engagé là-bas ! La volonté d’oubli ou d’ignorance est manifeste, le drame perdure… Le lieu devrait servir la mémoire de tous ces bagnes d’enfants.
    Merci encore à vous.

    • Le travail de mémoire est assez compliqué a assumer, heureusement que le propriétaire des cellules est conscient de ce fait en les conservant dans l’état.
      Merci pour votre passage.

    • Bonsoir,
      Je voulais aller voir ce site mais je vois qu’en 3 ans depuis votre publication il y a eu pas mal de rénovation faite (chambre d’hôte, restaurant,..) Du coup, j’aimerai savoir ce que l’on peut encore voir ? Et comment ca se passe si l’on veux visiter les cellules et tout ce quil y a voir ? Est ce libre ou faut il demander aux propriétaires ?
      Merci d’avance

      • Bonjour
        Quand j’y suis passé en 2016, rien n’avait bougé. Il est clair que le site va évoluer et que les vestiges de l’époque de la colonie vont disparaître petit à petit, plongeant un peu plus la mémoire des enfants du Luc dans l’oubli. Lors de ma première visite, j’ai eu la chance de rencontrer sur place les propriétaires et j’ai pu avec leur autorisation faire des photos.Il est évident qu’il s’agit de lieux privés.
        Bien cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *