Champignons des bois.

 

L’hiver avec ses premières gelées fige la nature . Pas grand-chose à photographier dans les bois humides où la lumière a bien du mal à percer l’épaisse couche nuageuse.

abri31

 

Pourtant, si on est attentif, quelques taches de couleur viennent parfois égayer la grisaille. Certes, il faut presque une loupe pour observer ces manifestations aux formes souvent surprenantes. On les doit à des organismes dépourvus de chlorophylle. Leurs règne, classe, sous classe, etc. portent des noms à rallonge remplis de h, y, z dont on se moque complètement quand ces organismes  fricassent dans une poêle. Bref, tout ça pour dire  que l’on va tirer le portrait de quelques champignons !
La plupart puisent leur nourriture sur les branches mortes qui jonchent le sol.
Identifier ces champignons est une tâche bien compliquée quand on n’est pas spécialiste aussi, je ferai juste des propositions que vous ne manquerez pas de rectifier en cas d’erreurs.
On va commencer par cette sorte de « salade » gélatineuse d’un joli noir et vêtue de givre.
exidia
abri27

 

J’ai d’abord cru être en présence d’une oreille de Judas, mais les boursouflures qui l’accompagnent m’orientent plutôt vers une exidia. Est-elle plane, tronquée ou glanduleuse ? Je ne sais pas trop et de toute façon, cette salade ne prendra pas le chemin de mon assiette.

abri26
exidia3

 

Continuons avec ces curieux rameaux qui ne sont pas sans évoquer des bois de cerf. Je crois pouvoir affirmer que nous sommes en présence de xylaire. Sa valeur gustative est nulle, par contre, placée sur une case triple au scrabble, elle assure un avantage certain.

Xylaire du bois

Xylaire du bois 2

Xylaire du bois 3

 

Parmi le camaïeu ocre du parterre hivernal, cette petite géode contraste avec sa bouille rubiconde. Vraisemblablement c’est une pezize écarlate. Elle est comestible, mais  ses valeurs gustatives sont très limités parait-il. L’originalité de sa forme est parfois utilisée pour la décoration de plats.

Pezize coccinée

 

Enchaînons avec une autre pezize dont la belle couleur verte est peu fréquente parmi les champignons. Nommée pezize turquoise, elle est de petite taille, son chapeau en coupelle n’excédant pas le cm. pour diamètre. Son mycélium peut également colorer le bois d’un joli vert pour le bonheur des amateurs de marqueterie.

Peziize turquoise

 

De plus en plus petit ! Si vous devez recevoir une palanquée de convives, vous aurez du mal pour assouvir leur appétit avec le marasme des feuilles. Sur la pointe des pieds, il ne doit pas dépasser les 3 mm. sous la toise. En voici quelques-uns qui colonisent une feuille de chêne.

 

Ces autres taches blanches trouvées sur une brindille sont un peu plus grandes. Je tenterai de qualifier ces ombrelles japonisantes de marasme des rameaux. Les marasmes forment une famille comportant une trentaine d’espèces dont certaines sont comestibles. Mais bon,question marasme en ce moment, on craint l’indigestion !


 

Nous avons vu du noir, du blanc, du vert, du rouge, manque le jaune pour être complet. Complétons notre quête coloriste avec la trémelle mésentérique. Rappelons que le mésentère est une partie de l’intestin grêle (fraise) dont notre champignon évoque la forme. L’imagination populaire est tout aussi féconde puisque ce champignon est communément nommé beurre de sorcière. A tartiner sur un pain de la même dame.

 

On termine par un flocon de duvet qui capture l’humidité ambiante dans ses filaments.

duvet
Comme disait Colette qui s’y connaissait en duvet humide:
Un duvet blanc, à peine visible d’ordinaire, s’emperlait, autour de la bouche, d’une rosée d’émotion.

Voir également: Le corail de Fontainebleau.

 

3 réflexions au sujet de « Champignons des bois. »

  1. J’espère que tu as mis des bottes, sinon, les prochains champignons que tu nous présenteras, ce seront ceux que tu as entre les orteils ^^
    Merci pour ces belles photos 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *